Aller au contenu

7 principes de parentalité positive pour être écouté par vos enfants

Si votre enfant ne vous écoute pas, dites-vous qu’il y a  SEULEMENT  une partie de son caractère qui joue. C’est surtout la façon dont vous communiquer avec lui qui fera toute la différence pour  être écouté par vos enfants. C’est à dire qu’ils écoutent ce que vous avez à leur dire mais aussi qu’ils réalisent les consignes que vous leur avez demandées d’effectuer.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LE GUIDE GRATUITEMENT.

 

(Vous voulez télécharger cette fiche mémo pour être écouté par votre enfant mais vous ne voulez pas recevoir mes conseils sur la parentalité par email ? )

Pas de problème, téléchargez  cette fiche mémo ci-dessous avec un like.

 

(Transcription de la vidéo)

Dans cette vidéo, je vais partager avec vous 5 façons de rendre votre communication avec vos enfants plus efficaces.

Bonjour, ici Jean-Philippe du blog actimomes,com, chaque semaine je propose des vidéos de soutien à la parentalité, donc si ces sujets vous intéressent, alors abonnez vous et cliquez sur la petite cloche pour ne pas manquez la prochaine vidéo.

Pas besoin de prendre de notes des conseils que je vais partager, car vous pourrez télécharger la fiche mémo en fin de vidéo ainsi que mon guide du parent bienveillant et efficace.

Peut-être que vous avez l’impression de répéter tout le temps les mêmes consignes et de mettre des coups d’épée dans l’eau.

Par exemple, lorsque vous demandez à vos enfants de ranger le lave-vaisselle après le repas, de ranger leurs chaussures dans le placard quand ils rentrent de l’école.

Il est probable que vos demandes ne soient pas exaucées et que vous finissez par accomplir ces taches à la place de vos enfants.

Peut être que vous répétez tous le temps les mêmes consignes, que vous leur faites la morale sur le fait que vous parents , vous n’etes pas leur esclave et que votre maison n’est pas un hôtel.

Alors à la place essayez ça.

1-Dites votre consigne avec un seul mot

Quand vous dites les choses avec un seul mot, vous rendez vos consignes brèves. Le fait d’avoir une consigne courte vous économisera de l’exaspération et de la fatigue.

Cela vous évite de vous épuiser à faire de longues phrases. Et cela permet à votre enfant de se concentrer sur une période plus brève également et  de ne pas être ennuyé par votre consigne qui accapare son attention. 

Donc, une fois que vos enfants ont compris vos consignes, que vous avez pris  le temps de leur expliquer, contentez-vous de dire juste un mot pour leur rappeler vos attentes.

Pour reprendre les exemples de tout à l’heure, vous pouvez simplement dire “chaussure” pour rappeler à votre enfant de ranger ses chaussures.

Vous pouvez simplement dire “lave vaisselle” pour rappeler à votre enfant de remplir le lave-vaisselle. Alors bien sûr, utiliser un ton bienveillant. Mais n’hésitez pas à montrer votre fermeté si nécessaire. Car votre enfant sait que vous agissez pour son bien.

2-UTILISER DES QUESTIONS 

Une autre procédure  que vous pouvez utiliser est celle de poser des questions pour faire appel au raisonnement  de votre enfant plutôt que de lui donner des ordres. Vous  pouvez lui posez une question afin que la réponse vienne de lui-même.

Par exemple, Si votre enfant oublie d’utiliser des formules de politesse, vous pouvez lui dire “comment on demande gentiment ?” Le fait d’apprendre à vos enfants à réfléchir  en leur posant des questions est probablement le meilleur moyen de les mener à une réponse , lorsque vous les faites réfléchir.

Mais peut-être aussi que votre enfant a tendance à ne pas  vouloir vous écouter parce qu’il a un esprit fort et qu’il déteste recevoir des ordres ou des interdictions. Peut-être que vous demandez à votre enfant de ne pas se balancer sur sa chaise ?De rester assis pendant le repas. De ranger la bouteille de lait dans le frigo après l’avoir utilisée ?  Mais peut-être que, comme beaucoup d’adultes, ils trouvent insupportables le fait de recevoir des ordres.

3-DONNER DE L’INFORMATION 

Inversez cette situation en donnant du pouvoir à votre enfant. Donc je vous invite à penser différemment: au lieu de donner des ordres, fournissez de l’information. Parce que enfant comme   adulte, on a besoin de savoir pourquoi on fait les choses. On a besoin de sens et de logique. Et on a besoin de se sentir responsable de ses actions et de sa destinée. On veut qu’on nous explique le bien-fondé, le pourquoi ? 

Donc à la place de donner un ordre qui pousse l’enfant à agir comme un robot ou comme un mouton , vous pouvez transformer cet ordre en moment d’enseignement. Donc, au lieu de dire à votre enfant de ne pas se balancer. Vous pouvez lui dire “attention, la chaise est fragile”. Au lieu de dire à votre enfant de ranger la bouteille de lait. Vous pouvez lui dire “la bouteille de lait tourne, Si elle n’est pas conservée au froid.” Quand vous donnez la bonne information à votre enfant, c’est lui même qui décide de réaliser la consigne.

Cette technique de données de l’information s’applique à beaucoup d’autres situations et je vous invite à réfléchir à comment vous pourrez donner de l’information à votre enfant la prochaine fois qu’il ne réalisera pas une tâche.

 

Mais peut-être que vous vous dites que votre enfant est très têtu et que cette technique ne fonctionnera pas ? La première chose que j’aimerais vous dire, c’est qu’ être têtu est une qualité qui montre que votre enfant aura de la suite dans les idées Et que votre enfant aime être en contrôle de sa vie. Et c’est probablement une très bonne nouvelle pour la suite. 

4-OFFREZ-LUI DES CHOIX 

Donc, pour satisfaire ce besoin de votre enfant. Offrez-lui des choix. Bien sûr, il faut que ces choix soient acceptables pour vous et qu’ils soient bénéfiques pour vous et puis pour votre enfant et son entourage.

Les enfants aiment avoir des choix car cela les aide à se sentir en contrôle d’une situation. Tout le monde aime faire des choix.

Par exemple, peut-être que votre enfant ne voudra pas prendre sa douche au retour de l’école. Dans ce cas présent, vous pouvez proposer à votre enfant. Tu préfères te doucher maintenant après le goûter ou après avoir fait les devoirs ?

Alors vous allez me dire, mais oui mais on ne peut pas toujours laisser le choix à son enfant. C’est quand même nous les adultes, et c’est à nous de les éduquer vers ce qui est bon pour eux, tout en leur expliquant évidemment. Et vous avez raison. Et c’est pour cela qu’il faut être à la fois bienveillant, en offrant des choix, en offrant de l’information. Mais être ferme. Et c’est souvent ce qui manque à beaucoup de parents qui s’intéressent à la parentalité positive. 

5-UTILISEZ LE MOT QUAND 

Donc je vous invite à utiliser cette formule toute simple qui va suivre et qui  vous mettra dans une disposition de fermeté. Par exemple, si votre enfant veut aller jouer et que il est important pour vous qu’il ait pris sa douche avant, vous pouvez lui dire:  Tu iras jouer quand tu auras pris ta douche . Le fait d’utiliser la formulation “quand montre à votre enfant votre détermination et qu’il n’y a pas d’autre issue à ce que vous lui demandez. Être un bon parent, c’est être à la fois ferme et bienveillant. C’est ni l’un ni l’autre, c’est les 2. Parce que c’est vous le guide, c’est vous qui transmettez votre expérience.

 

Mais peut-être aussi que vous voulez discipliner vos enfants, mais que   vos enfants sont extrêmement coriaces et ont de la suite dans les idées et vous en avez assez d’avoir à lutter constamment.

 

Une maman me racontait qu’elle  laissait ses enfants allumer la télévision avant de partir pour l’école. (Chose qu’elle a arrêtée depuis qu’elle sait combien c’est néfaste pour la concentration et la coopération surtout avant d’aller à l’école. Elle a pu mesurer l’avant et l’après)

 Après la fin d’un dessin animé, elle emmenait sa fille de 4 ans s’habiller pendant que son fils de 7 ans continuait de regarder. Mais quand venait le tour de son garçon plus âgé de se préparer,  il  ralait, pour réclamer encore 10 minutes

Donc la maman Protestait en criant que son enfant avait déjà assez regardé.Et que c’était terminé et puis  C’est tout.” Et Son enfant se plaignait encore plus. Finalement, la maman se fachait et  criait, “J’ai dit non !” Après  de nombreuses supplications, elle rappelait à son garçon qu’il avait déjà eu plus de temps devant la télévision que sa soeur et lui disait qu’il  n’était jamais content.

6-ANNONCER SON PLAN À L’AVANCE 

Pour palier à ce problème de lutte, je lui ai recommandé de déclarer ses attentes et son plan

Déclarer ses attentes permet de  s’assurer que tout le monde est sur la même longueur d’ondes. ça permet de prévenir les conflits avant même qu’ils ne surviennent.

Donc, Informez vos enfants de votre plan à l’avance. Par exemple, cette maman s’est mise à dire à son garçon  quelque chose comme ceci : “Après t’être brossé les dents et avoir enfilé tes vêtements et être prête à partir, tu pourras regarder un peu plus la télévision pendant que je m’occupe de ta petite soeur. De cette façon, tu seras à l’heure pour l’école.”

Donc la première fois que cette maman a essayé de donner son plan à l’avance, son garçon a éteint la télévision sans dire un mot, ça a marché . Mais le deuxième matin, il  a refusé et a recommencé à se plaindre à nouveau. La maman a  rapidement réaliser qu’elle n’avait pas rappelé à son enfant le plan à l’avance cette fois-ci.

Donc le matin suivant, elle a réaffirmé ses  attentes. Ce qui a fonctionné et elle a appliqué le fait de transmettre son plan à l’avance à d’autres situations (“Par exemple en disant: Tu sortiras un autre jeu quand tu auras rangé celui-là”).

Mais peut-être aussi que votre enfant n’arrive pas à se calmer lorsque il est contrarié. Je repense à cette autre maman qui me racontait que ces 2 enfants jouaient ensemble avec un instrument de musique. Mais qu’au bout d’un moment, l’un des 2 enfants l’avait accaparé. Et que celui qui en était privé  est venu en pleurant se plaindre de la situation.

7-NOMMER LEURS SENTIMENTS 

Cette maman disait à son enfant de ne pas pleurer pour ça. Que ce n’était pas grave.Et ce qui se passait, c’est que justement l’enfant se mettait à pleurer encore plus. Ce dont cet enfant avait besoin en premier lieu, c’est que cette maman nomme  ses sentiments. Parce que le fait de mettre des mots sur son émotion permet  à cet enfant de se sentir apaisé par cette  prise en considération. Et que, à terme, ça pouvait l’aider à gérer son émotion. Et à résoudre des conflits, sans entrer dans ces types de crise. Attention, je le disais dans cette vidéo, Nommez les sentiments, ne peut pas se faire à n’importe quel moment. 

Donc, quand votre enfant vous exprime sa frustration, ce que vous pouvez faire, c’est quand votre enfant est calme, nommer ses sentiments parce que votre enfant ne comprend pas en encore ce qui se passe à l’intérieur de lui. Et ensuite invitez votre enfant à  réfléchir à une  de solution. Si vous le questionnez, il sera peut-être capable de dire que ils vont jouer chacun leur tour ou peut être qu’il faudrait un 2e instrument de musique. 

Et ce sera éventuellement à  vous de trancher. Donc le fait d’écouter votre enfant. Et de nommer ces sentiments va déjà permettre de l’apaiser et de faciliter une orientation vers une solution.

Parce que tout le monde aime bien être écouté et être compris. Parce qu’à l’inverse dire à un enfant d’arrêter de pleurer ça envoie le message que leurs sentiments n’ont pas d’importance et ça les chamboule émotionnellement encore plus.

Pour mettre ces conseils en application, vous pouvez  télécharger la fiche mémo de cette vidéo et mon guide du parent bienveillant et efficace en cliquant le lien épinglé en commentaire  et puis aussi regarder ces 7 façons de dire non à son enfant de façon efficace.

 

Offrez a vos enfants un bon depart dans la vie
7 principes de parentalité positive pour être écouté par vos enfants 3

2 commentaires sur “7 principes de parentalité positive pour être écouté par vos enfants”

  1. Jean Philippe GEFFRIAUD

    Bonjour Bertrand,
    Oui, parler à voix basse permet aussi d’attirer l’attention et d’installer une ambiance posée. Je vois que nous avons un centre d’intérêts commun. Longue vie à ton blog.

  2. Bonjour Jean Philippe,
    Bravo pour ton tes conseils et ton engagement envers la parentalité positive. De par mon experience de papa de 4 enfants, je me permettrais de rajouter deux astuces qui fonctionnent chez moi, (en plus de celles que tu as présenté):
    – Parlez à voix basse à l’enfant
    – Touchez l’enfant, attendre qu’il me regarde (contact visuel), puis lui parler.
    Merci encore pour ton contenu de qualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A quel email je vous l'envoie ?

Vous recevrez aussi mes meilleurs conseils pour faciliter les apprentissages. (Désinscription possible d'un clic)

Entrez votre email

pour recevoir gratuitement

"le guide du parent bienveillant & efficace "

Vous recevrez aussi mes conseils quotidiens de parentalité positive. (Désinscription possible d'un clic)

Entrez votre email

pour recevoir gratuitement

"le guide du parent bienveillant & efficace "

Vous recevrez aussi mes conseils quotidiens de parentalité positive. (Désinscription possible d'un clic)

Entrez votre email

pour recevoir gratuitement

"le guide du parent bienveillant & efficace "

Vous recevrez aussi mes conseils quotidiens de parentalité positive. (Désinscription possible d'un clic)

A quel email je vous l'envoie ?

Vous recevrez aussi mon guide du parent bienveillant et efficace et mes meilleurs conseils par email. Désinscription d'un clic possible.

A quel email je vous l'envoie ?

Vous recevrez aussi mon guide du parent bienveillant et efficace et mes meilleurs conseils par email. Désinscription d'un clic possible.

A quel email je vous l'envoie ?

Vous recevrez aussi mes meilleurs conseils pour faciliter les apprentissages. (Désinscription possible d'un clic)

A quel email je vous l'envoie ?

Vous recevrez aussi mon guide du parent bienveillant et efficace et mes meilleurs conseils par email. Désinscription d'un clic possible.

A quel email je vous l'envoie ?

Vous recevrez aussi mon guide du parent bienveillant et efficace et mes meilleurs conseils par email. Désinscription d'un clic possible.

Entrez votre email

pour recevoir gratuitement

"le guide du parent bienveillant & efficace "

Vous recevrez aussi mes conseils quotidiens de parentalité positive. (Désinscription possible d'un clic)

A quel email je vous l'envoie ?

Vous recevrez aussi mon guide du parent bienveillant et efficace et mes meilleurs conseils par email. Désinscription d'un clic possible.