Education positive : comment éviter les crises de nos enfants

Education bieillante 5 techniques de parentalité positive pour éviter les crises de nos enfants

Comment éviter les colères et les crises de vos enfants ?  Comment faire en sorte que les éléments les plus anodins du quotidien ne deviennent plus l’objet de crise incompréhensible?

 

Comment faire en sorte que vous puissiez rester plus calme et que vous  sachiez quoi faire face à ces tempêtes émotionnelles c’est ce que je partage avec vous dans cette vidéo !

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LE GUIDE GRATUITEMENT.

Transcription de la vidéo si vous êtes pressé.

Salut les parents qui s’investissent à fond dans l’éducation de leurs enfants, ici Jean-Philippe du bloc de parentalité Actimomes.com et chaque semaine je publie une vidéo sur le thème de la parentalité positive alors pour être certain de ne pas la manquer abonnez-vous et cliquez sur la petite cloche.

 

Donc il n’est vraiment pas facile d’être un parent bienveillant et apaisé quand nos enfants nous font des crises que nous comprenons pas qui nous semble complètement incohérente.

 

Et peut-être que dans ces cas-là il vous arrive de vous mettre à crier et finalement vous le regretter parce que ce n’est pas à l’exemple que vous voulez montrer à vos enfants et vous n’avez pas envie de faire monter la tension.

 

Peut-être que quand vous criez vous avez l’impression d’avoir perdu  vos moyens et vous n’aimeriez pas que vos enfants vous prennent en exemple et  crient lorsqu’ils sont contrariés.

 

C’est pour ça que je vous propose 5 astuces pour éviter les crises de vos enfants ou tout au moins savoir comment réagir dans ces cas-là pour apaiser rapidement la situation.

Comme d’habitude pas besoin de prendre de notes et je vous proposerai de télécharger une petite fiche mémo en fin de vidéo.

 

1 Identifier l’origine du comportement perturbant

 

La première astuce c’est de réfléchir à l’origine du comportement perturbant. Parce que bien souvent un comportement perturbant est provoqué par un besoin, par un manque que ressent l’enfant et qui lui fait perdre le contrôle de ses émotions qui donne lieu à des crises.

 

Tout simplement parce que souvent nos enfants ne savent pas comment exprimer leurs besoins, leurs émotions et que pour le faire ils recourent à des comportements perturbants pour nous, et aussi pour notre entourage.  Et d’ailleurs quand les enfants font des crises eux-mêmes ne se sentent pas bien évidemment.

 

Donc dans ces cas-là notre rôle ça va être de réfléchir à l’origine du comportement perturbant, essayer de détecter quel est  le manque qui déclenche la crise de notre enfant. Quel est le besoin qui déclenche l’inconfort de notre enfant ?

 

Et pour cela on va faire de notre mieux pour l’aider à s’exprimer et s’il n’est pas encore capable de le faire on va jouer un petit peu au détective pour trouver l’origine de l’élément déclencheur de la crise. Souvent il suffit de bien observer son enfant.

 

Probablement qu’une fois qu’on aura  détecté l’élément déclencheur de la crise et bien on sera plus à même d’anticiper cette prochaine crise.

 

Alors par exemple si votre enfant fait une crise alors que vous êtes justement en train de passer un coup de téléphone important et bien peut-être que la prochaine fois vous pourrez lui donner toute l’attention dont il a besoin en le prévenant que dans quelques minutes vous aurez un coût téléphone important à passer. Un coup de fil pendant lequel vous ne pourrez pas répondre aux sollicitations de votre enfant et donc en amont vous donnerez toute l’attention à votre enfant nécessaire et vous pourrez prévoir une activité  qui occupera toute l’attention de votre enfant.

 

Donc le fait d’anticiper  les réactions nos enfants sans les craindre c’est vraiment un point important.

 

2-Soyez constant

 

La deuxième astuce c’est d’être constant dans ses comportements de parents dans ses routines de parents si vous proposez tous les jours  des routines sécurisantes que ce soit au petit-déjeuner, au déjeuner, au coucher, des routines qui soit vraiment prédictibles par vos enfants qui les aident à se repérer dans le temps et d’ailleurs aussi à structurer le temps perçu par eux.  Vos enfants seront beaucoup plus à même de deviner ce qui va se passer et seront beaucoup moins susceptibles de faire des crises parce qu’ils ne seront pas surpris parce qui arrivera.

 

Et si vous couchez vos enfants par exemple toujours à la même heure que vous les réveillez toujours à la même heure que ce soit pendant les vacances ou pendant le weekend et bien vous n’aurez plus à subir l’angoisse du lundi matin où il faut réveiller les enfants alors qu’ils sont complètement fatigués.

 

Alors je sais que nous en tant que parent on a besoin de rencontrer des amis, de passer du temps de qualité avec eux de prendre tout le temps nécessaire avec eux et nos enfants ont envie aussi d’y participer donc ça peut être une bonne idée de faire commencer nos soirées tôt et de les terminer tôt afin de garder un rythme stable.

 

Mais je suis bien conscient que ce n’est pas facile forcément à mettre en place parce que nos amis n’ont pas forcément les mêmes préoccupations que nous.

 

Et si jamais on a des journées qui ne ressemblent pas aux autres parce qu’il y a des activités spécifiques de prévues, des rendez-vous, peut-être avec un spécialiste où certaines courses inhabituelles à faire, ou des sorties imprévues,  alors dans ces cas-là c’est une bonne chose de planifier avec nos enfants sur le papier, les choses qui sont à prévoir pour cette journée, pour nous en tant qu’adulte, mais aussi pour nos enfants. Quels sont leurs objectifs de la journée ?  Quelles activités, ils ont envie ou besoin de réaliser avec nous.

 

Donc en préparant le déroulement de la journée avec nos enfants ils ont beaucoup plus de chance d’être souples et d’être apaisés quand les différents événements de la journée vont se dérouler et chacun va pouvoir vivre une journée  gratifiante.

 

Pour gérer les écrans c’est pareil, lorsque vous avez prévu que votre enfant aura une heure de télévision (ou de tablette si votre enfant en a l’âge) vous pouvez définir qu’au bout d’une heure ce sera effectivement terminé et pour vous aider à matérialiser ça dans l’esprit de votre enfant, vous pouvez déclencher tout simplement une minuterie sur le four de la cuisine par exemple.

 

3-Eviter les récompenses

 

La 3e astuce pour éviter les crises et les colères de nos enfants c’est d’éviter au maximum  les récompenses parce que si on utilise les récompenses pour susciter des comportements attendus de nos enfants, comme le fait de manger des légumes et de leur proposer une glace en récompense; le fait de leur offrir un biscuit pour récompenser un bon comportement dans le grand magasin  et bien probablement qu’on va déclencher un mécanisme dangereux dans lequel notre enfant va associer une gratification au fait de bien se comporter.

 

Probablement que notre enfant ne va vouloir   bien se comporter que s’il obtient en retour une gratification.

 

Donc utiliser les récompenses pour obtenir un bon comportement, ça c’est avoir une vision à court terme ça va fonctionner au début mais ça ne s’installera pas sur le long terme.

 

À la place des récompenses il vaut mieux utiliser les encouragements encourager nos enfants à continuer leur action positive par exemple dire à son enfant “waouh tu as colorié sans dépasser vraiment c’est chouette!  “super tu as fini tous tes légumes même si tu n’aimais pas ça, tu dois être content !

 

Le fait d’utiliser les encouragements ça va nourrir l l’estime de soi de l’enfant.

 

4-Contrôler ce qu’on peut contrôler.

 

La 4e astuce c’est de prendre conscience qu’on ne peut contrôler que ce que l’on peut. Est-ce que l’on peut vraiment contrôler dans ce monde c’est soi-même. C’est notre réaction face aux événements du monde, c’est notre réaction face au comportement de notre enfant.

 

Et pour cela il y a plusieurs pistes c’est de se rappeler que les comportements de notre enfant ont une raison que notre enfant c’est peut-être des bêtises mais c’est qu’à la base il avait une intention positive qui ne nous semble pas à nous positive qui ne semble pas forcément positive aux autres mais qui était censé selon lui.

 

Donc c’est apaisant pour les parents de penser que ne peuvent pas contrôler complètement les réactions de leurs enfants mais qu’ils peuvent contrôler leurs réponses lors des émotions face au comportement de leurs enfants.

 

Donc au lieu de voir notre enfant comme un enfant perturbé impatient et bien on peut recadrer notre perception de lui en l’imaginant un petit peu comme un randonneur qui serait parti sans équipement un randonneur que ce serait à nous d’aider à s’équiper avec des conseils pour bien se comporter avec des stratégies pour réagir plus paisiblement.

En voyant son enfant comme ça on sera beaucoup plus compréhensif face à ses réactions et on se positionnera sur une posture  aidante et éducative.

 

Et donc pour éviter de crier sur nos enfants de les accabler ou de les punir et bien on peut tout simplement préparer nos réactions à l’avance, repérer quels sont les comportements qui nous énervent chez nos enfants et trouver en amont des solutions éducatives.

 

On peut prendre un temps pour respirer, pour apaiser la tension pour ne pas choisir la solution court terme et se diriger vers des solutions de réparation et solutions de recherche de solutions communes des solutions de responsabilisation.

 

5-Ne pas punir mais discipliner

 

La 5e astuce qui découle naturellement de la 4e c’est le fait de ne pas punir mais de discipliner .

 

Il vaut mieux choisir d’instruire nos enfants sur le comportement qu’on attend 2 de leur faire pratiquer  les actions que l’on attend de éventuellement les réparations adéquates face à des comportements qui aurait déranger plutôt que de leur faire honte de les humilier ou de les mettre à l’écart et de leur crier dessus.

 

Parce que quand on punit nos enfants et bien ils se sentent mal ils n’apprennent pas ils ne comprennent pas notre réaction qui ne leur semble d’ailleurs pas cohérente.

 

Mais quand on utilise l’éducation en expliquant en encourageant ou des stratégies de réparation des erreurs commises et bien l’enfant s’entraîne et apprends à adopter le comportement adapté et commence à profiter petit à petit des bénéfices liés à ce bon comportement.

 

J’avais fait une vidéo complète sur le sujet des alternatives aux punitions que vous pouvez regarder ici.

 

Voilà j’espère vous avoir donné quelques pistes pour éviter les crises de vos enfants ou tout au moins savoir comment agir au lieu de réagir avant de se quitter encore trois petites choses s’il vous plaît hein si vous avez aimé cette vidéo merci de me le dire en cliquant sur le pouce en l’air en la commentant où on l’a partageant à d’autres parents  qui pourraient être intéressés.

 

Deux vous êtes libres de télécharger la fiche mémo en cliquant sur le bouton.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LE GUIDE GRATUITEMENT.

Surtout soyez des parents zen et heureux et prenez soin de vous à bientôt!

 

Vous en voulez + comme ça? Dites ci-dessous si avez aimé ce contenu !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Jean-Philippe GEFFRIAUD
Jean-Philippe Geffriaud accompagne les parents qui souhaitent vivre une parentalité épanouie. Il est l'heureux papa de deux enfants de 12 et 7 ans. Il a également dans sa classe de maternelle 27 élèves de 4 à 5 ans !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voici comment être écouté par ses enfants sans avoir à crier :
En complément, vous recevrez un conseil quotidien concret et efficace. Désinscription d'un clic !
Voici comment être écouté par ses enfants sans avoir à crier :
En complément vous recevrez ma meilleure astuce quotidienne. Désinscription d'un clic !