Exemple de règles de la maison à imprimer

Vous cherchez des exemples de règles à imprimer parce que vous aimeriez bien trouver des règles qui pourront s’appliquer dans votre foyer. Vous cherchez des règles qui seront efficaces positives  et bienveillantes, car vous avez bien compris que l’absence de règles à la maison pouvait créer de gros dysfonctionnements et vous voulez les faire respecter.


Exemple de règles de la maison à imprimer 1

tableau de règles de la maison modifiable

Vous voulez télécharger ce modèle de règles de la maison à imprimer au format pdf ou word mais vous ne voulez pas recevoir mes conseils sur la parentalité par email ?

Pas de problème, téléchargez librement cette fiche mémo ci-dessous.

Transcription de cette vidéo :

Avoir des règles de la famille à imprimer  cela de vivre selon un code commun, de vivre en harmonie de la même façon que dans un match de foot il y a tout un ensemble de règles qui permettent aux joueurs de pratiquer un sport dans un maximum de bienveillance.

Exemple de règles de la maison à imprimer 2

Des règles de la maison écrites.

L’avantage d’avoir des règles de vie collectives qui soient écrites, gravées dans le marbre permet de faire ressentir que ces règles s’appliquent à  tous.

Le fait que des règles soient écrites permet à l’enfant de comprendre que ces règles ne s’appliquent pas seulement à lui.   Cela permet donc d’éviter de la part de chacun de vos enfants un sentiment d’injustice.

Restez bien jusqu’à la fin puisque comme promis, je vous donnerai un exemple de règle à imprimer que vous pourrez télécharger et vous aurez également la possibilité au passage de télécharger mon guide du parent bienveillant et efficace qui vous enseigne sept étapes  pour obtenir une parentalité plus épanouie.

Les critères des règles de la maison qui fonctionnent.   Avant de vous donner ces règles à imprimer, je voudrais vous préciser quelques critères importants pour que ces règles soient efficaces et soient  ressenties positivement par l’ensemble des membres de votre maison.

Des règles Élaborées avec les enfants.

Le premier critère, c’est que ces règles soient élaborées avec les enfants. Cela ne veut pas dire que ce sont les enfants qui vont décider des règles, mais que simplement elles vont être conçues en fonction du vécu et des problèmes que l’on va rencontrer dans le quotidien avec les enfants. Ainsi, si ces règles sont produites au fur et à mesure des problèmes rencontrés, en fonction des besoins ressentis cela va créer beaucoup plus de sens à la création de ces règles.   Chaque année lorsque je redémarre une année scolaire avec mes élèves, je ne ressors pas le vieux règlement de l’année passée, mais je crée une affiche complètement vierge. Au fur et à mesure des besoins ressentis, je crée, nous créons collectivement une nouvelle affiche de règles qui va donc être créé avec du sens en fonction du vécu de chacun de mes élèves.  Donc, ce que je veux vous faire comprendre c’est que les règles que je je vais vous donner en fin de vidéo  seront donc à imprimer, mais elles seront surtout là pour vous inspirer et que vous puissiez créer le règlement de vie à la maison qui vous correspond à vous et à votre famille et votre sensibilité.

Des règles de la maison formulées positivement   Le deuxième critère important pour que ces règles soient ressenties de façon positive, c’est qu’elles doivent être formulées justement de façon positive.  Il vaut mieux préciser à l’enfant ce qu’il doit faire , ce que nous devons faire en collectivité plutôt que ce que nous ne ne devons pas faire.  Par exemple , il est préférable de dire  » je dis avec des mots » plutôt que « Je ne tape pas » pour exprimer sa colère.  Il vaut mieux dire « je range mes affaires au fur et à mesure que je les utilise » plutôt que de dire x je ne dois pas laisser traîner mes jeux par terre ».   Vous sentez déjà à la formulation de ses règles formulées de façon positive qu’on  a un sentiment beaucoup plus agréable en les lisant ou en les écoutant.

Des règles de la maison formulées en NOUS.

Et puis quelque chose que vous pouvez faire pour que ces règles soient ressenties plus positivement et ressenties selon une appréciation collective, c’est de formuler les règles du “je” en “nous”.   Par exemple, au lieu de dire : »je parle poliment à mes frères et sœurs et à mes parents » vous pouvez formuler cette règle en :  « nous nous parlons poliment entre tous les membres de la famille. » Le « nous » apporte une dimension collective et encore plus positive je trouve.

Des règles claires, concises et cohérentes.

Le troisième critère que les règles de vie à la maison doivent avoir , c’est qu’elles doivent être claires, concises  et cohérentes.  Elles doivent être claires, concises et cohérentes, c’est-à-dire que lorsque vous les formulez , l’enfant doit avoir une image mentale extrêmement précise de ce qu’il doit faire.   Elles doivent être courtes parce que ainsi en les formulant on perd peu de temps à les donner.   Elles les doivent être cohérentes parce qu’elles doivent pouvoir être applicables à l’ensemble des membres de la famille.   Par exemple, si on dit à notre enfant de ne pas crier pour s’exprimer et bien évidemment nous en tant que parent autant que possible, lorsqu’on montrera notre désapprobation, on le fera en s’exprimant avec un langage bien sûr ferme et exigeant comme cela doit être, mais il faudra éviter de montrer à notre enfant ce que l’on ne veut pas qu’il fasse, c’est à dire crier.   Pour que ces règles soient claires pour vos enfants, vous pouvez très évidemment les illustrer à la main ou trouver des illustrations sur Internet qui permettront à l’enfant de se rappeler de la signification des règles écrites, puisqu’il ne sera probablement peut-être pas en âge de lire au moment où vous instaurez ces règles à la maison.

Des règles inspirantes

Le quatrième critère que l’on oublie bien souvent lorsque l’on crée des règles pour la maison, c’est qu’elles soient inspirantes , c’est-à-dire qu’elles ne ils ne doivent pas formuler seulement l’ensemble des choses que l’on doit suivre, mais elles doivent aussi pouvoir formuler les bénéfices que l’on a à les appliquer.  Ces règles doivent pouvoir apporter un cadre qui soit sécurisant, bienveillant et une ambiance positive dans laquelle l’enfant se sent épanoui.  Par exemple, vous pouvez écrire comme règle : nous nous faisons confiance les uns les autres.  Nous nous aidons autant que possible.  Nous nous parlons avec bienveillance.  Nous ne nous jugeons pas les uns les autres   Vous voyez là, je viens d’utiliser une formulation négative. Donc essayez  autant que possible de formuler vos règles en termes positifs.   Bien sûr, parfois, cela n’est pas possible. Il faut juste essayer d’éviter la négation.

Des règles évolutives.

Le cinquième critère pour des règles soient efficaces, ce serait qu’elles soient évolutives puisqu’en fonction de l’âge de vos enfants, les activités qu’ils vont avoir ne vont pas être identiques. Vos enfants en grandissant vont avoir des besoins différents.  Un exemple tout bête, c’est que lorsque vos enfants sont petits, vous pourrez peut-être formuler la règle :  je dessine sur des feuilles et non pas sur la table et sur les murs.   Lorsque les enfants seront plus grands, vous aurez probablement à instaurer des horaires pour revenir à l’heure à la maison alors que ce ne sera pas le cas quand vos enfants seront petits.

Des règles reliées à des réparations

Le sixième critère pour que des règles soient positives et efficaces est qu’elles doivent être reliées à des réparations en cas de manquement de leur respect.  Il est évident que des enfants en train d’apprendre ou que des individus en train d’évoluer dans la société vont parfois faire des erreurs et pour que ces règles soient bien vécues, il va falloir leur poser des réparations des conséquences, comme le disait Jane Nelsen.  Pour que ces règles soient respectées, il Il faut prévoir des réparations. Ces réparations ne sont pas des punitions.  Elles doivent être reliées aux erreurs qui ont été commises.   Si votre enfant a renversé un verre d’eau sur la table, alors la conséquence, la réparation qui va être reliée directement va être celle de prendre une éponge et de nettoyer la flaque d’eau qu’il a faite.   Si votre enfant a frappé son petit frère, sa petite sœur, inutile de le mettre au coin.   Vous pouvez bien sûr montrer votre désapprobation. Il va falloir trouver une réparation qui corrige directement l’erreur qu’il aura commise.   Il pourra éventuellement demander pardon, faire une caresse sur le bras de son frère, faire un dessin pour montrer qu’il est désolé, aider son frère ou sa sœur dans une tâche un petit peu difficile pour lui.  Montrer son soutien et qu’il regrette le coup qu’il a donné.

Des réparations raisonnables.

Les réparations doivent être raisonnables, c’est-à-dire qu’on ne va pas sanctionner un enfant avec une réparation qui soit surdimensionnée par rapport à l’erreur qu’il a commise. Par exemple, si j’ai un élève qui a écrit sur sa table, je ne vais pas lui faire nettoyer toutes les tables de la classe.  Ce ne serait ni respectueux, ni directement relié ni raisonnable.

Faire vivre les règles de la maison.

Au-delà de ces critères, pour que des règles de vie à la maison ou en classe dans un cadre collectif fonctionne, c’est qu’il faut faire vivre ces règles.   Il faut les faire vivre avant les événements importants.  C’est important de rappeler l’existence de ces règles et leurs bénéfices. On va les réviser pour pouvoir les utiliser.  Avant les principaux événements importants qui peuvent éventuellement poser un problème.  On va faire vivre ces règles pendant les interactions.  C’est-à-dire que lorsque vos enfants jouent et commencent un peu à se chamailler, on va rappeler la règle.  Par exemple, on se demande gentiment on joue avec un jeu l’un après l’autre.  Donc c’est règles de vie, on les rappelle durant les interactions et puis ces règles de vie, on va les faire vivre ensuite.  Quand tout s’est bien passé, on va encourager nos enfants parce qu’ils ont respecté tel ou telle règle.  Si ça ne s’est pas très bien passé, on va faire un rappel des règles et on va demander aux enfants comment la prochaine fois ils pourront faire pour que ces règles soient bien respectées et quel est le bénéfice qu’ils ressentiront à appliquer ces règles.   si pendant une activité qui pose un problème des règles ne sont pas respectées, vous pouvez dire à un enfant de respecter la règle et dire non parce que…  Vous faites référence à la règle. Par exemple, si votre enfant met de la musique très forte vous allez lui demander de baisser parce que la règle c’est de ne pas déranger les autres membres de la maison ou de la collectivité.   Si les règles ne sont pas respectées, vous pouvez tout simplement reporter cette activité qui pose problème. Si par exemple votre adolescent n’arrive pas à l’heure au repas parce qu’il était par exemple en train d’utiliser son téléphone portable, vous pourrez dire tu me donnes ton téléphone momentanément parce que tu n’es pas arrivé à l’heure.  Je te le rendrai dès que tu nous auras montré que tu arrives à l’heure au moment des repas.  Si votre enfant joue avec son ballon dans l’appartement, vous pouvez rappeler la règle : on joue au ballon dehors.  Je te le rendrai dès que nous serons dehors, dans un terrain de jeu qui le permet.  Vous pouvez maintenant télécharger votre exemple de règles à imprimer en haut de cet article.