Comment utiliser la communication non violente avec les enfants ?

Comment utiliser la communication non violente avec les enfants ?

Comment utiliser la communication non violente avec les enfants , c’est ce que je partage avec vous dans cette vidéo.

CLIQUEZ ICI.

Transcription de la vidéo si vous êtes pressé

Salut, les parents qui se décarcassent j’espère que vous avez la pêche !

Ici Jean-Philippe du blog Actimomes.com et dans cette video, on va voir ce qu’est la communication non violente, et quels grands bénéfices nos enfants et nous parents pouvons en retirer.

Je vais vous expliquer quelles sont les étapes de la communication non violente qu’on appelle aussi CNV. Et enfin comment la pratiquer concrètement au quotidien .

Allez trêve de blabla prenez un thé ou un café et on passe aux explications :

Pourquoi utiliser la communication non violente ?

Imaginez, que lorsque vous faites une demande à vos enfants, ils le fassent volontiers non pas parce que vous les menacer d’une punition ou au contraire parce que vous leur promettez une récompense.

Imaginez que vos enfants répondent à vos demandes sans avoir les larmes aux yeux, sans rechigner, sans colère, sans esprit de vengeance à votre égard.

Parce qu’évidemment on a pas envie d’éduquer nos enfants à être des futurs adultes soumis à la pression d’un petit chef, on a envie qu’il apprennent à faire de leur mieux dans la vie, par envie et non par contrainte.

Je sais que ça peut paraitre trop beau pour être vrai que ça ressemble au monde des Bisounours et pourtant c’est possible en utilisant la communication non violente.

La communication non violente ça a l’air d’une nouvelle mode Babacool mais c’est une façon de communiquer qui a été mis au point aux Etats Unis par un psychologue Américain qui s’appelle Marshall Rosenberg lui même inspiré par Carl Rogers et Gandhi et qu’il a importé en France en 2012 avec un franc succès.

Ensuite elle qui a inspiré Thomas D’Ansembourg dans son livre Cessez d’être gentil soyez vrai.

Et depuis, la méthode de la communcation non violente est utilisée en entreprise et également dans les ouvrages de parentalité positive.

Donc je vais vous proposer un résumé des étapes de la communication non violente pour vous donner les bases que vous puissiez les expérimenter directement dans votre famille et avoir une communication plus sereine.

Et que vous n’ayez plus besoin de crier ou de punir.

Et évidemment, le bénéfice ne va pas être que pour vous quand vous vous adressez à vos enfants.

Il va également être transmissible à vos enfants qui vont apprendre à communiquer entre eux et avec vous de façon non violente.

Les 4 étapes de la communication non violente

Alors je vais à l’essentiel directement et je vous donne les étapes de la CNV que l’on peut mémoriser facilement avec l’acronyme OSBD.

O pour Observation. S pour sentiments, B pour Besoins et D pour demande.

Donc je rentre dans le détail de chaque étape.

Donc O pour Observation.
Plutôt que de faire un reproche du type: Tes jouets traînent encore dans le salon ! Range les immédiatement ou pas d’histoire ce soir ! Là si vous vous mettez à la place de l’enfant.

1 Vous vous sentez agressé. 2 Vous vous sentez dévalorisé et 3 vous allez probablement faire ce que votre mère ou votre père vous demande sous la menace d’une punition.

La manière non violente serait plutôt de dire. Je vois que tes jouets sont dans le salon.
Là on n’accuse pas l’enfant, on fait simplement un constat, une observation et pour beaucoup d’enfants ça va déjà suffire à ce que l’enfant aille ranger ses jouets sans qu’on ait besoin d’en rajouter.

Mais on ne s’arrête pas là en CNV.

On passe à la phase 2. S comme sentiment.

Plutôt que de s’énerver, et de dire, j’en ai marre, tu laisses toujours tes jouets dans le salon au lieu de ranger tes jouets dans ta chambre.

On va pouvoir exprimer son sentiment, son émotion lié au fait que les jouets ne sont pas à la bonne place et on va pouvoir dire:

“Je suis perturbée par le fait que tes jouets soient dans le salon”

Là, on a exprimé son sentiment en disant JE sans en rendre coupable notre enfant et pour autant on exprime son émotion, et son sentiment parce que ça nous fait du bien.

L’étape suivante c’est B comme besoin. On va exprimer notre besoin pour que notre enfant en ait conscience parce que bien souvent notre enfant ne sait même pas ce dont nous adulte avons besoin.

On va donc pouvoir exprimer son besoin en disant par exemple. J’ai besoin que notre maison soit bien rangée pour qu’on s’y sente bien et que tu puisses retrouver facilement tes jouets.

Là l’enfant va pouvoir comprendre notre motivation et va probablement avoir envie de le faire parce que il en comprend l’intérêt pour nous et pour lui.

La phase suivante c’est D comme demande

on va exprimer sa demande simplement:

Peux-tu ranger tes jouets s’il te plait ?

Alors il y a une autre façon très efficace et non violente de demander la même chose à son enfant c’est d’utiliser une question de curiosité. (ça c’est un concept utilisé par Jane Nelson dans son livre Discipline positive dont je vous mettrai les références en bas de cet article)

Donc on va tout simplement poser une question de curiosité par exemple:

Où tes jouets doivent-ils être rangés?

Quelle est la règle après que tu aies utilisé les jouets?

Ou encore quelle est la place où tes jouets sont bien rangés ?

Les questions de curiosité, ça marche très bien après que le problème soit arrivé mais je trouve que ça marche encore mieux si on fonctionne par anticipation quand l’enfant commence à sortir ses jouets.

En disant par exemple quand notre enfant est en train de jouer:

Où est-ce que tu rangeras tes jouets quand tu auras fini de jouer ?

Et là notre enfant en général nous donne la bonne réponse et le plus souvent, il n’y aura pas de jouets à trainer dans le salon.

Donc pour récapituler, là on a exprimé son Observation sans culpabiliser l’enfant, on a exprimé notre sentiment et notre besoin en disant JE pour ne pas rendre notre enfant responsable de notre émotion,
et enfin on a formuler notre demande éventuellement en utilisant une question de curiosité.

La communication non violente c’est vraiment quelque chose qui peut vraiment changer votre vie de parent, permettre à votre enfant de garder sa confiance en lui et peut être que vous pouvez également l’appliqué dans votre communication avec votre conjoint et même au travail cela vous permettra d’être bien plus zen.

Pour que vous puissiez mettre ça en place facilement je vous ai préparé une fiche mémo de ces 4 étapes de la CNV à télécharger ci-dessous

CLIQUEZ ICI.

 

Si vous avez aimé cet article, dites-le moi en cliquant j’aime, en le commentant ou en la partageant ce qui permettra que plus de personnes en profitent.

Surtout soyez des parents zen et heureux et prenez soin de vous à bientôt.

Ressources évoquées dans la vidéo.

Marshall Rosenberg La communication non violente aves les enfants

Jane Nelson La discipline positive 

Vous en voulez + comme ça? Dites ci-dessous si avez aimé ce contenu !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Jean-Philippe GEFFRIAUD
Jean-Philippe Geffriaud, professeur des écoles et papa de deux enfants de 10 ans et 5 ans, partage ses réflexions et ses conseils en parentalité positive sur le blog actimomes.com

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

QUIZZ : Quel est votre style parental ? Réponse et effets sur l'enfantPASSER LE QUIZZ
+