Comment gérer sa colère avec ses enfants ?

Comment garder son calme avec ses enfants lorsque ceux-ci nous poussent à bout ?

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LE GUIDE GRATUITEMENT.

(Transcription de la vidéo, si vous êtes pressé)

 

Comment garder son calme lorsqu’on a une tempête émotionnelle qui nous prend aux tripes et qu’on a envie de tout envoyer valser ?

Et pourtant le sait bien, si on laisse la colère nous envahir eh bien il y a de fortes chances que la situation se passe mal avec nos enfants par la suite.

Je le disais cette semaine sur Facebook l’anxiété et la colère sont contagieuse mais le positivisme et le calme le sont aussi. C’est la raison pour laquelle si on arrive à rester calme, notre paix intérieure va aussi se diffuser dans notre entourage.

Je partage donc avec vous quatre grandes idées, 4 astuces pour vous permettre de rester calme, même lorsque la tempête bouillonne en vous.

Salut les parents qui s’investissent à fond dans l’éducation de leurs enfants.

Ici Jean Philippe du blog de parentalité actimomes.com et chaque semaine je publie une vidéo sur le thème de la parentalité épanouie alors pour être certain de ne pas la manquer et bien abonnez-vous et puis cliquez sur la petite cloche pour être sûr de ne rien manquer.

Donc pour vous permettre de garder votre sang-froid même lorsque vos enfants font les pires bêtises bien je vous partage quatre grandes idées, 4 astuces que vous allez pouvoir implémenter dès ce soir.

Comme d’habitude pas besoin de prendre de notes je vous mettrai une petite fiche mémo à télécharger en fin de vidéo.

Pourquoi c’est important de garder son calme.

Alors pour commencer quand je dis que c’est important de pouvoir garder son calme pour garder le contrôle sur la situation, ne pas transmettre sa colère à ses enfants et à son entourage et ne pas plomber l’ambiance de la famille ou de sa classe si vous êtes éducateurs.

 

C’est important de garder son calme. Mais est-ce que ça veut dire qu’on va devoir éliminer complètement les sentiments ? Bien sûr que non, puisqu’on a le droit d’être en colère. La colère c’était une émotion qui est utile comme toutes les émotions.

Les émotions sont des messages et la colère c’est une émotion qui est utile.

Pourquoi parce que la colère va nous pousser à agir et va nous pousser à trouver une solution ?

Donc elle est utile pour ne pas bafouer nos besoins et c’est important de pouvoir l’exprimer.

La colère est aussi utile à notre entourage pour faire comprendre à notre enfant, notre conjoint qu’il y a certaines limites au-delà desquelles on ne veut pas aller.

Mais là où il faut faire une grande différence c’est qu’il ya une différence entre être en colère et avoir un comportement violent. Parce que lorsqu’on manifeste sa colère on exprime des limites qui sont claires.

Mais lorsqu’on devient violent et bien on franchit les limites que l’on ne doit pas dépasser soi-même en tant qu’individu.

Et ont créé des douleurs psychiques à son enfant et on plombe l’ambiance  alors qu’il n’est pas nécessaire d’être violent. Un autre point que je voulais aborder avant de nous lancer sur ses quatre grandes idées astuces pour rester zen et garder le contrôle sur sa colère, c’est qu’il faut bien se rappeler aussi que chaque individu est responsable de sa propre émotion. Chacun est responsable de sa propre colère. Cette émotion-là se manifeste par des molécules chimiques dont seuls nous pouvons avoir le contrôle. Donc il faut bien se rappeler que l’autre n’est pas responsable de notre émotion ; c’est nous qui sommons les responsables d’accueillir cette émotion.

En gardant la responsabilité de cette émotion, c’est intéressant de se rappeler qu’on peut décider de contrôler sa colère. On peut décider que l’autre n’est pas capable de nous mettre en colère. L’autre n’est pas capable de nous faire sortir de nos gonds. personne n’a le droit d’atteindre à notre bien-être. Personne n’a le droit de nous faire péter les plombs et on a le droit de décider de reste calme si on souhaite rester calmes. Et d’ailleurs face à un individu qui s’énerve c’est souvent déstabilisant pour l’autre et ça a tendance à le remettre dans un état de calme.

Et ça ne veut pas dire qu’on va pas devoir exprimer sa colère parce que le fait de l’exprimer s’est aussi montré sa détermination à notre enfant.

Qu’on ira au bout de ce qu’on avait prévu. par contre ce qui est important c’est de ne pas lui faire porter le poids de notre colère. On peut lui dire je suis en colère par ce que tu as fait telle et telle chose mais on ne va pas dire c’est toi qui me mets en colère. C’est nous qui nous mettons en colère en conséquence de ce qu’a pu faire un enfant et c’est normal de lui exprimer. Mais attention à ne pas rendre l’enfant responsable de notre colère. donc c’est mieux de lui dire je suis en colère plutôt que tu me mets en colère. Maintenant que ces petites précisions sont faites on va pouvoir se lancer dans les quatre grandes idées.

1-programmer son esprit avant les évènements qui nous fâchent habituellement

 

La première idée c’est de programmer son esprit avant les évènements qui sont habituellement difficiles. Vous avez peut-être l’habitude que ce soit difficile pour votre enfant de se lever le matin.

Peut-être que c’est difficile pour lui d’aller se coucher.peut-être que c’est difficile pour lui de faire ses devoirs. Et vous avez remarqué que dans ces moments là, vous aviez tendance à vous énerver et ça met une ambiance négative qui peut bloquer la situation. Ou peut-être que vous pouvez anticiper votre réaction et choisir à l’avancé quelles sont les solutions que vous allez mettre en place et qu’elle est l’émotion que vous voulez ressentir quand un événement récurrent qui pose problème qui vous cause une colère revient.

Et d’ailleurs en parentalité positive l’anticipation, c’est souvent quelque chose que l’on utilise pour l’enfant. Pour le préparer à agir de la façon qui est attendue. Pour le préparer à bien agir plutôt que réagir. et d’ailleurs on dit souvent qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Mais c’est un outil que vous pouvez utiliser pour pouvoir préparer vos réactions et pour pouvoir préparer vos solutions à l’avance.

 

2 –Utiliser la technique de l’intention positive

 

Le deuxième outil qui permet de rester calme de rester bienveillant et de garder le contrôle de son de sa colère de son esprit c’est de se rappeler de la technique de l’intention positive. L’idée c’est de se dire quand notre enfant fait quelque chose qui peut nous faire sortir de nos gonds c’est de se dire : « voilà alors mon enfant OK il a cassé toute la vaisselle quel était son intention positive ? » alors moi peut-être que je vais pas la comprendre sous cet angle là. Parce que ça ne correspond pas mes valeurs à mes idées. Mais lui voilà il a voulu grimper dans le placard pour attraper le paquet de bonbons. Mais il a fait tomber toute la vaisselle. Bon OK je sais ça va pas réparer la vaisselle. Notre enfant il va falloir qu’ils nous aident à réparer ces bêtises, à ramasser les morceaux.

Il va falloir qu’il s’excuse quand même. mais déjà le fait de se dire, voilà il n’avait pas l’intention de casser la vaisselle. Il avait l’intention de prendre des bonbons.ok ça n’est pas bien, mais l’idée quand même c’était qu’il souhaitait simplement prendre une sucrerie. Je sais que ça ne vous apaise pas de dire ça. L’exemple est peut-être mal choisi, mais l’idée c’est de se dire quel était le besoin que notre enfant cherchait à satisfaire.

Et rien que de me dire ça, moi je me dis, bon OK l’action qu’il a choisie n’était pas la bonne. Il cherchait le goût de sucreries, il cherchait la nourriture parce qu’il avait faim.

Il n’a pas agi de la bonne façon, mais l’intention de base n’était pas négative. Notre enfant ne cherchait pas à nous nuire. Donc se rappeler de l’intention positive initiale qu’avait notre enfant, c’est quelque chose qui peut déjà contribuer un petit peu à vous apaiser.

Comment gérer sa co

3 –Utiliser la respiration profonde.

 

Le troisième grand outil, c’est d’utiliser la respiration profonde. Mais un phénomène qui est prouvé scientifiquement c’est que si vous adapter le rythme de votre respiration à la fréquence que vous souhaitez, votre cœur, votre corps tout entier va se mettre en résonance avec cette fréquence de respiration. Autrement dit si vous respirez complètement et très lentement, votre cœur va ralentir. Il faut aussi vous vous concentriez sur cette respiration. Votre cœur va ralentir votre esprit va s’apaiser je vous propose qu’on le fasse ensemble trois ou quatre respirations en se concentrant pleinement sur cette respiration. Moi personnellement je préfère respirer essentiellement par le nez. Je trouve que c’est plus efficace pour l’apport d’oxygène. C’est peut-être complètement erroné mais en tout cas moi personnellement je le ressens mieux comme ça et c’est quelque chose qui m’apaise complètement, quels que soient les énervements ou la fatigue de la journée. Peut-être que vous me suivez depuis un moment mais vous savez peut-être que je suis instit et que je suis dans une classe de maternelle.

Évidemment c’est indispensable pour moi de rester calme même lorsqu’il ya des comportements débordants qui pourraient m’énerver, me faire sortir de mes gonds. Donc le fait d’adapter de prendre de choisir de prendre volontairement une respiration lente et profonde ça va ralentir votre rythme cardiaque, ça va apaiser votre esprit et vous allez pouvoir prendre des décisions plus sereines.

 

4 –Prendre de la distance avec l’évènement qui vous énerve.

 

Le quatrième outil que vous pouvez utiliser c’est l’idée de prendre de la distance face à l’événement. Vous pouvez très bien dire à votre enfant que vous avez besoin de vous isoler. Alors l’idée n’est pas d’envoyer votre enfant dans sa chambre, de l’exclure de le rendre responsable de votre colère. l’idée c’est de vous dire : moi j’ai besoin de me mettre en retrait parce que je sens que je suis trop énervée pour prendre une décision sereine. Je préfère prendre un temps pour moi pour me calmer. Je suis très énervé. Quand vous faites ça eh bien vous donner l’exemple à votre enfant que vous êtes responsable de votre émotion et que vous pouvez décider de vous extraire pour vous calmer. Vous pouvez dire : «  écoute là vraiment, je suis trop énervé. Je préfère me retirer je vais me reposer 5 minutes dans ma chambre. Je vais respirer. Je vais méditer et ça ira mieux après d’accord ? Et pendant ce temps là où vous allez être isolé vous allez pouvoir respirer profondément. votre cerveau va se reconnecter avec votre raison et vous allez pouvoir prendre une décision qui va     Être raisonnable une décision que vous n’allez pas regretté par la suite. Une autre idée que j’aime bien utiliser pour prendre du recul c’est d’essayer, c’est pas facile, mais c’est d’essayer de me dire voilà dans deux semaines, trois semaines, quatre semaines, dans un an, dans dix ans quelle réaction j’aurais face à l’événement qui vient de se passer. et lorsqu’on prend cette petite distance, on sort de son corps quelque part. on prend de la distance on se voit loin et on se dira quelle réaction j’aurais aimé avoir il y a dix ans. Et le fait de se projeter comme ça dans le futur ça va permettre de mettre à distance votre émotion et de prendre les bonnes décisions. De prendre des décisions sereines de parents.

5-Ecrire les faits qui créent des émotions vives chez nous

Alors un autre outil que je recommande aux parents que j’accompagne c’est le fait d’écrire. Si vous écrivez c’est quelque chose c’est un outil qui plaît pas forcément à tout le monde, mais si vous écrivez votre émotion. C’est un autre moyen de la mettre à distance. Je suis en colère. Je suis en colère parce qu’il m’est arrivé tel événement. Qu’est ce que je voudrais ressentir cet après-midi ? Quelle émotion je voudrais ressentir demain ? Quelle émotion je voudrais ressentir la prochaine fois que cet événement arrivera ? Est ce que je veux me sentir serein.EST ce que je veux me sentir maître de mon émotion. Maître de ma colère. Est ce que je veux me sentir zen.Est — ce que j’ai envie de garder mon sang-froid, le contrôle de moi-même pour prendre de bonnes décisions. Et montrer quand même, même si je reste calme, même si je reste déterminée, montrer à mon enfant que je maîtrise mes émotions ; comment est-ce qu’on veut enseigner à nos enfants à maîtriser leurs émotions, à garder leur calme lorsqu’ils connaissent des frustrations si nous-mêmes lorsque notre enfant nous frustre on n’est pas capable de leur montrer l’exemple. Donc bien sûr c’est pas facile mais en étant parents on devient de meilleure personne

. Et notre enfant nous enseigne beaucoup de choses quand ils nous poussent à bout, qu’il nous enseigne garder notre sang-froid. D’ailleurs faut bien se rappeler que tous les émotions et biens elles passent. Donc c’est bien de ne pas se laisser emporter par elles sur un coup de tête. Donc garder son sang-froid ça ne veut pas dire qu’on ne va pas devoir exprimer ses émotions, exprimer ses besoins dans un processus de communication non violente. Vous pouvez regarder mes précédentes vidéos dans lesquelles j’ai parlé de ce sujet de l’expression de ses besoins dans un processus de communication non violente. Mais ce qu’il faut retenir c’est qu’il faut exprimer ses besoins, exprimer sa colère sans rentrer dans la violence. Ni physique évidemment ni verbale. Et bien sûr ça peut nous arriver de péter les plombs d’avoir un mot qu’on va regretter mais de la même façon qu’on demande à nos enfants d’exprimer des regrets, de demander un réconfort auprès de nos enfants. et bien nous-mêmes on peut dire voilà excuse moi j’ai dit des choses que je regrette. Je n’aurais pas dû dire ça. Ce n’était pas le fond de ma pensée mais la colère a pris le contrôle de mon esprit malheureusement. Je le regrette. Je te prie de m’excuser. CE n’est pas ce que je voulais dire et la prochaine fois je vais essayer de faire mieux. Je respirerai. Donc en présentant des excuses sincères et bien on enseigne aussi à notre enfant à reconnaître ses erreurs et c’est encore une fois

une belle démonstration d’apprentissage.

Lorsqu’on montre à notre enfant que nous aussi on n’est pas parfait et qu’on peut s’excuser. Lisez  aussi cet article  comment rester zen avec ses enfants.

Vous en voulez + comme ça? Dites ci-dessous si avez aimé ce contenu !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Jean-Philippe GEFFRIAUD
Jean-Philippe Geffriaud accompagne les parents qui souhaitent vivre une parentalité épanouie. Il est l'heureux papa de deux enfants de 12 et 7 ans. Il a également dans sa classe de maternelle 27 élèves de 4 à 5 ans !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voici comment être écouté par ses enfants sans avoir à crier :
En complément, vous recevrez un conseil quotidien concret et efficace. Désinscription d'un clic !
Voici comment être écouté par ses enfants sans avoir à crier :
En complément vous recevrez ma meilleure astuce quotidienne. Désinscription d'un clic !