Les heures de colle et les punitions ce sera bientôt fini

Finies les heures de colle et les punitions

Les heures de colle bête et méchante, ce sera bientôt fini et c’est une excellente nouvelle selon moi et je vais vous dire par quoi les remplacer au même titre que les punitions à la maison d’ailleurs pour avoir une relation éducative plus épanouie.


Plan de la transcription de cette vidéo

Les heures de colle ou de retenue c’est légal ?

Plus d’heures de colle en septembre 2019

L’effet des heures de colle.

Par quoi remplacer les heures de colle ?

 

 

Les heures de colle ou de retenue c’est légal ?

 

Oui, si elles sont inscrites au règlement intérieur de l’établissement et proposées aux heures d’ouvertures de l’établissement, alors il n’est pas possible de les refuser.

Si cela empêche systématiquement un élève de participer à ses activités extra scolaire, par exemple le mercredi après midi, il est possible de faire une demande pour qu’elles soient effectuées à un autre moment cf cet article sans garantie que cela soit accepté.

 

 

Plus d’heures de colle en septembre 2019

 

Mais avant, je vais revenir sur la source de l’information que je vous évoque sur le fait  que les heures de colle en tant que telles n’existeraient plus en septembre 2019.

Jean-Michel Blanquer a annoncé d’après un communiqué d’Olivier Bost sur RTL qu’en Septembre 2019, il n’y aurait plus d’heure de colle bête et méchante comme recopié des lignes par exemple.

Ce qu’il veut mettre en place, ce sont des sanctions qui auront du sens.

Des sanctions qui seront comprises et qui auront une valeur éducative et des sanctions qui auront un lien direct avec la faute commise.

 

Le journaliste de RTL reprenait l’exemple d’un collégien qui sortirait son téléphone portable en cours aurait un exposé sur le droit à l’image à faire.

 

Un élève au lieu d’être exclu de l’établissement, devrait passer du temps à faire du bénévolat dans une association.

 

L’effet des heures de colle.

 

En gros, l’idée des heures de colle, c’est de faire passer l’envie à un élève de recommencer une bêtise. Les professeurs veulent également faire respecter les règles, faire respecter les  élèves entre eux et aussi se faire respecter.

 

Ça part d’un bon sentiment. Sauf que dans les faits, si une punition est donnée sans valeur éducative, l’enfant associe ça à l’idée de vengeance de la part du prof et il va associer de la douleur au professeur qui l’a donné et donc à la matière enseignée par ce professeur.

 

S’il suffisait de donner une punition à un enfant pour qu’il cesse son comportement alors il n’y aurait plus de délinquance, il n’y aurait plus de vol etc. Parce que si un enfant commet une faute, c’est qu’il n’a pas associé ses actes avec les conséquences de ses actes.

 

C’est qu’il ne s’est pas mis à la place de la personne qui allait subir les conséquences de ses actes. C’est qu’il n’a pas encore appris à faire preuve d’empathie.

 

Et ça n’est sûrement pas en donnant 1000 lignes à recopier tout seul dans une classe que l’enfant va se dire : « tiens ce prof à raison, il cherche à me faire apprendre quelque chose ».

Non, la prochaine fois, il se cachera et fera la même bêtise.

Et au lieu de garder de l’intérêt pour la matière de ce prof, il va dans le meilleur des cas, juste faire son travail mais il va éteindre toute passion qu’il avait peut être pour la matière, ou en tout cas, il va mettre en place un frein pour cette matière.

 

Ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas donner de limites aux enfants, tout le monde a besoin de limites, j’en avais parlé la semaine dernière dans la vidéo qui présentait le point de vue de Ségolène Royal sur l’autorité parentale.

 

Par quoi remplacer les heures de colle ?

 

Mais quand on met en place des sanctions pour placer des limites mais surtout pour  éduquer les enfants à adopter un meilleur comportement en parentalité ou en discipline postive on fait son maximum pour respecter 4 critères.

 

La sanction doit être Relié : Si sanction il y a, il doit s’agir d’une réparation et pas une punition.

La sanction doit être respectueuse : inutile d’humilier son enfant ou son élève publiquement parce que celui-ci va forcément sur réagir tôt ou tard.

Et humilier un élève, c’est se placer à un triste niveau, si on fait ça, on est dans la vengeance on est plus dans l’éducation.

 

La sanction doit être raisonnable : si un élève a écrit sur une table, ce n’est pas la peine de lui faire nettoyer toutes les tables de la classe. On lui demandera de nettoyer sa table et on aura un entretien privé avec lui sur le pourquoi on doit respecter le matériel.

D’ailleurs, le fait de discuter des valeurs que l’on a avec son enfant ou son élève permet de créer une connexion avec son enfant ou son élève qui est favorable à l’apprentissage.

Discuter avec son enfant plutot que punir

Le dernier critère c’est que la sanction permet d’éduquer et n’est pas là pour blesser.

Donc les 4 critères sont qu’il faut que la sanction soit relié, respectueuse, raisonnable et aidante.

 

Il y a beaucoup d’autres outils de parentalité positive ou discipline positive qui permettent d’avoir une meilleure relation avec ses enfants ou ses élèves, je vous invite d’ailleurs à télécharger mon guide parent bienveillant et efficace.

Vous en voulez + comme ça? Dites ci-dessous si avez aimé ce contenu !
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
    1
    Partage
Jean-Philippe GEFFRIAUD
Jean-Philippe Geffriaud, professeur des écoles et papa de deux enfants de 10 ans et 5 ans, partage ses réflexions et ses conseils en parentalité positive sur le blog actimomes.com

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

QUIZZ : Quel est votre style parental ? Réponse et effets sur l'enfantPASSER LE QUIZZ
+