Enfant mauvais joueur: apprendre à son enfant à gérer ses émotions

Comment apprendre à son enfant à perdre en maitrisant sa frustration ?

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LE GUIDE GRATUITEMENT.

(Transcription de la vidéo si vous êtes pressé)

Comment apprendre à son enfant à accepter la frustration et à en sortir grandi ?

Parce qu’évidemment personne n’aime perdre parce que le problème n’est pas de gagner ou de perdre, ce qui nous atteint c’est le sentiment d’être dévalorisé, d’avoir soudain une baisse d’estime de soi en pensant :”l’autre est supérieur à moi et je suis nul.

 

Et si un enfant continue à penser de cette façon à chaque fois qu’il perd, il peut vite se construire une image négative de lui-même et refuser de jouer ou au contraire être imbu de sa personne à chaque fois qu’il gagne.

Donc dans cette vidéo, je partage avec vous 7 astuces pour que votre enfant apprenne à gagner ou à perdre en maîtrisant ses émotions.

Ne pas faire gagner son enfant tout le temps

1-La première astuce est de  ne pas vouloir faire gagner son enfant tout le temps. Notre enfant a besoin d’être capable d’accepter dans sa chaire qu’il peut survivre émotionnellement à un échec et que le fait qu’il gagne ou qu’il perde ne changera en rien l’amour qu’on a pour lui.

Permettre à l’enfant de gagner en rendant le jeu équitable

 

2-La deuxième astuce est de permettre à l’enfant de gagner en rendant les conditions du jeu équitables pour lui. Parce qu’à l’inverse, si on ne le laisse jamais gagner parce que les conditions de jeux sont trop difficiles en raison par exemple de la différence d’âge ou de taille ou de vitesse de réaction, on va créer chez notre enfant des frustrations inutiles et injustes.

On peut donc ajuster les variables de jeu de façon explicite par exemple au puissance 4.

On peut adapter une règle avec son enfant « Comme je suis plus grand, tu as le droit de mettre deux pions à la fois et moi un seul à  la fois. D’accord ? »

Montrer explicitement comment on perd

 

3 -La troisième astuce est de montrer explicitement comment on perd.

Lorsque nous adulte on perd, on peut expliquer qu’on est de façon normale un peu déçu de ne pas avoir gagner mais qu’on a pas de regret parce qu’on a le sentiment d’avoir donner le meilleur de nous.

On peut lui montrer aussi qu’on garde le sourire dans la défaite et que mieux encore on met du positif là où on a perdu en félicitant le gagnant d’avoir bien joué.

On peut aussi expliquer qu’on est en train de réfléchir comment on pourra faire la prochaine fois pour s’améliorer.

 

Ecouter l’émotion de l’enfant

 

4-la quatrième astuce est d’écouter l’émotion de l’enfant.

En l’écoutant, en faisant preuve d’empathie, on va accompagner notre enfant dans la compréhension de son émotion. Plus l’enfant va comprendre que ce qu’il ressent en lui est normal et pas honteux, plus ce sera facile pour lui de l’accepter en tant qu’émotion et plus vite elle s’estompera dans son esprit.

 

Donc pour bien accompagner notre enfant dans le vécu de son émotion, on ne va pas minimiser son émotion mais on va juste lui dire qu’on comprend pourquoi il est déçu et que c’est normal d’être déçu.

On pourra le réconforter aussi en lui disant qu’on trouve qu’il a bien joué et pourquoi pas avec un petit câlin.

 

Anticiper les résultats du jeu pour anticiper l’émotion de son enfant

5-la 5ème astuce c’est d’anticiper les résultats du jeu.

On peut par exemple rappeler qu’il y aura un gagnant et un perdant et que le gagnant devra féliciter le perdant d’avoir bien joué et que le perdant devra féliciter aussi le gagnant d’avoir bien jouer. De cette façon en anticipant les réactions possibles avant le résultat, on maîtrise mieux l’issu du jeu.

 

L’anticipation c’est un outil très puissant d’acceptation des émotions qui n’arrivent plus par surprise.

D’autant que les enfants ont un cerveau immature, c’est plus facile pour eux à accepter quand les émotions sont identifiées d’avance.

Jouer au mauvais joueur pour faire réfléchir son enfant

 

6-La sixième astuce c’est de faire semblant d’être mauvais joueur pour utiliser l’humour et faire réfléchir notre enfant.

A un moment où on a perdu, ça peut fonctionner de jouer le rôle de l’enfant mauvais joueur.

On pourra par exemple faire la tête, trépigner bouder…. Bref, toutes les réactions possibles d’un mauvais perdant dans le but de faire rire mais surtout de faire réfléchir son enfant à un moment où lui aura gagner.

Il ne faut évidemment pas se moquer de son enfant, mais juste qu’il se rende compte que ces réactions excessives sont inappropriées et ne donnent pas d’effet positif sur les personnes qui nous entoure. Ça pourra même faire rire votre enfant et dédramatiser ses futures réactions.

Rappeler qu’il doit juste faire de son mieux pour être heureux

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LE GUIDE GRATUITEMENT.

 

La 7ème et dernière astuce c’est évidemment de demander si notre enfant a fait de son mieux pour gagner et que s’il répond oui, alors célébrez-le, montrez que vous êtes très content pour lui.

 

 

Vous en voulez + comme ça? Dites ci-dessous si avez aimé ce contenu !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Jean-Philippe GEFFRIAUD
Jean-Philippe Geffriaud, professeur des écoles et papa de deux enfants de 10 ans et 5 ans, partage ses réflexions et ses conseils en parentalité positive sur le blog actimomes.com

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

QUIZZ : Quel est votre style parental ? Réponse et effets sur l'enfantPASSER LE QUIZZ
+