Comment Eviter de se Mettre En Colère avec ses Enfants

Comment ne plus s’énerver contre ses enfants

Voici 7 astuces efficaces pour ne plus s’énerver contre ses enfants.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LE GUIDE GRATUITEMENT.

 

Il vous arrive peut-être parfois de vous trouvez agressive avec votre fille ou votre fils. Vous vous  reprochez peut-être de ne pas avoir de patience pendant les crises ou les petits conflits. 

 

Et peut-être que votre enfant vous pousse à bout et que vous perdez votre sang-froid et que vous n’arrivez pas à faire autrement.

 

Si oui, alors, vous êtes tombé au bon endroit parce que je vais partager avec vous. 7 astuces pour éviter de s’énerver (inutilement)  contre ses enfants. (En effet, la colère est une émotion qu’il est nécessaire d’exprimer tant que l’on ne devient pas violent)

 

En effet si l’on dépasse le point limite de non-retour de la colère, la pression devient trop forte pour l’enfant et l’adulte.. 

 

La cocotte-minute explose et la relation avec notre enfant est abîmée. Et on ne  maîtrise plus nos échanges.

 

En tant que parent, on se met à crier. Et souvent nos enfants crient également. 

 

On perd notre sang-froid. Plus rien n’avance comme on le souhaite. 

 

Vous vous trouvez peut-être face à vos enfants devant des situations devant lesquelles il y a un conflit d’intérêt. Parents-Enfant.

 

L’enfant se met  en opposition avec ce que vous dites. Ce qui peut mener à des “clashs”. 

 

Ce n’est pas de votre faute, mais c’est très dommage parce qu’il y a de nombreuses astuces qui permettent de placer le parent et l’enfant dans le même bateau. Il existe beaucoup d’astuces qui permettent de désamorcer les conflits.

 

Connaître ses techniques de parentalité positive peut vous rendre la vie tellement plus facile. Je partage  donc 7 astuces qui vont vous permettre,on pas d’éviter les conflits, mais au moins de rester serein avec votre enfant. 

 

Bien évidemment, il ne s’agit pas de renoncer aux valeurs et aux règles qui nous tiennent à cœur. 

 

Il ne s’agit pas non plus de tomber dans le laxisme. 

 

Ce que je vous propose. C’est de régler les conflits les divergences d’intérêts avec davantage de bienveillance. 

 

Tout en éduquant vos enfants à rester calme aussi. 

 

1-Dire stop suffisamment tôt

 

La première astuce consiste à dire STOP suffisamment tôt avant que le conflit ne s’installe. 

 

lorsqu’on se laisse aller dans le conflit les relations s’envenime et on dénature la relation. Parce qu’on passe dans l’énervement. 

 

Si vous pensez à dire STOP avant de rentrer dans le conflit. Cela vous permet de trouver plus rapidement. les solutions au conflit avant même d’y rentrer.

 

En effet, quand notre enfant est entré en crise de nerf ou bien une fois que nous, nous sommes entrés en crise de nerfs, Il devient difficile pour notre enfant ou pour nous de nous calmer. On aura donc besoin d’un long moment avant de  pouvoir retrouver nos esprits.

 Pour pouvoir prendre de bonnes décisions, on a besoin de temps. 

 

Donc, il est préférable de dire stop avant de rentrer dans le conflit. 

 

2-Retirer l’objet ou reporter la situation qui pose problème.

 

La deuxième astuce consiste à retirer l’objet qui pose problème ou de repousser à plus tard l’activité. 

 

Si notre enfant ne respecte pas les règles, l’utilisation d’un objet ou les règles de vie, il est souvent préférable de dire que l’on prend l’objet momentanément et qu’on lui rendra quand il sera décidé à respecter les règles d’utilisation.

 

Il ne s’agit pas. de présenter l’arrêt d’une activité comme une punition mais simplement comme une pause ou un temps mort afin que l’enfant ait le temps de prendre conscience des règles qu’il doit respecter pour utiliser cet objet ou pour pratiquer ces activités. 

 

Parfois la suspension de l’activité peut durer plusieurs minutes parfois, plusieurs heures ou même plusieurs jours. 

 

Bien évidemment tout dépend de la bonne volonté de l’enfant de vouloir respecter le cadre qui est essentiel et qui permet d’avoir une bonne relation avec ses enfants et entre les enfants. 

 

La troisième idée c’est d’inviter l’enfant à la résolution de problème. 

 

3-Inviter notre enfant à trouver des solutions 

 

Lorsque l’apaisement est revenu, on va inviter l’enfant à réfléchir à la situation qui nous pose problème.

On pourra dire par exemple à notre enfant: ‘ Lorsque tu joues à la balle dans la maison que tu la  lances partout, cela m’inquiète, J’ai peur que des objets soient cassés. Qu’est-ce que tu proposes pour que cela se passe bien? Parce que moi pour le moment je suis gêné par cette activité.

 

Lorsque l’on communique son sentiment de gêne vis-à-vis d’une situation, on gagnera à le faire  en utilisant la communication non violente.

 

On interrogera notre enfant sur son désir, sur ses besoins. 

 

Mais également, on exprimera nos sentiments, nos besoins et nos demandes avec bienveillance et en l’invitant à trouver avec nous des solutions.

 

La 4e astuce qui est extrêmement efficace pour éviter de rentrer en conflit avec l’enfant. 

 

consiste à demander à l’enfant de rappeler les règles. 

 

4-Utiliser des questions pour faire formuler les règles.

 

Il suffit de poser la question à l’enfant:”quelles sont les règles. pour utiliser la balle  dans la maison?

 

Lorsque je suis en classe à l’école, je demande parfois aux enfants lorsqu’ils sont dans le couloir et qu’ils se mettent à bavarder, je leur demande: quelle est la règle du couloir?

 

Le fait de demander aux enfants la règle est un simple rappel qui permet aux enfants de se remémorer rapidement ce qu’il faut faire sans se sentir agressé. 

 

La 5e attitude est de s’interroger sur les besoins que ressent notre enfant.

 

En effet, lorsque notre enfant a des comportements perturbant, c’est bien souvent parce qu’il a des besoins inassouvis  à satisfaire. 

 

Et pas parce qu’il ne veut pas respecter la règle ! Peut-être que notre enfant à besoin de bouger, peut-être qu’il souhaite s’exprimer, peut-être qu’il cherchait nous faire passer un message. 

 

Mais peut-être qu’il ne parvient pas à le transmettre. Peut-être est-il fatigué, peut-être a-t-il faim où a-t-il soif ?

 

Peut-être que notre enfant a des besoins pour primaires à satisfaire.(Manger, dormir, boire, bouger…) Ou des messages à nous transmettre. 

 

Il nous appartient donc d’amener notre enfant à s’exprimer et à communiquer ses besoins. 

 

Si notre enfant est encore jeune ou s’il n’a pas encore acquis complètement la parole, il nous revient d’observer notre enfant afin de détecter les indices qui nous indiquerons les besoins de notre enfant à satisfaire. 

 

La 6e idée consiste à proposer une activité apaisante. 

 

6-Proposer une activité apaisante. 

 

Le fait de proposer  une activité qui lui plaît et qu’il apaise permettra bien souvent de prévenir l’énervement. Dans la dernière vidéo, j’ai proposé trois activités préparatoires aux ateliers Montessori.
Ces activités permettent à l’enfant soit de se concentrer, soit de s’apaiser ou de se calmer. Je vous avais parlé de la bouteille de retour au calme,de marcher sur la ligne Montessori, ou encore tout simplement de dessiner. 

 

Il existe bien d’autres activités  pour apaiser notre enfant, comme celle de faire un câlin, de lire une histoire ou bien de chanter une chanson. 

 

Lorsque je suis dans ma classe et que je veux accueillir les élèves sur le tapis de regroupement bien souvent, je me met à chanter une chanson que mes élèves affectionne. Cela les les apaise ce qui permet au calme de revenir extrêmement rapidement.

 

 Repérez donc des activités apaisantes dont vous avez identifié qu’elles fonctionnent bien pour votre enfant. Cela vous permettra bien souvent de faire redescendre la pression lorsque les tensions arriveront. 

 

la septième idée consiste à laisser passer un temps suffisant pour laisser redescendre la pression.

 

7-Laisser passer du temps pour faire redescendre la tension.

 

 Il est préférable de laisser un peu de temps à l’enfant  afin de s’apaiser et avant même de chercher à régler les problèmes et  de trouver des solutions. 

 

Lorsque notre enfant est en crise de nerfs, il n’a plus le  contrôle du neuro cortex qui est le siège du raisonnement. Vouloir des explications à ce moment là est une perte de temps car ‘enfant ne sera pas disponible à ce moment.

 

Quoi qu’on pourra lui dire, il ne comprendra  ni nos intentions ni nos paroles. 

 

Et cela peut se montrer contre-productif. Il est donc préférable d’attendre un petit peu afin de se montrer à l’écoute et de rechercher des solutions avec son enfant. 

 

Pendant ce temps nécessaire d’apaisement, on veillera bien évidemment que notre enfant est en sécurité. 

 

On s’abstiendra donc de l’envoyer dans sa chambre dans laquelle il montrerait encore plus de ressentiment vis-à-vis de nous. 

 

On peut au contraire le garder auprès de nous afin de le sécuriser sans forcément lui parler afin de lui laisser le temps de retrouver ses esprits. 

 

Ce temps nécessaire nous sera également utile afin de nous apaiser en tant que parent. On saisira l’occasion pour respirer et prendre de la distance. 

 

On pourra par exemple se demander quel était l’intention initiale de notre enfant avant d’effectuer l’action qui a généré le conflit. 

 

Le fait de respirer quelques instants  permettra 

 

que nos  rythmes cardiaques redescendent 

 

et aussi celui de notre enfant grâce à notre exemple.

 

Une fois le calme  retrouvé, il sera plus facile de trouver des solutions. 

 

Avant de se quitter, je vous invite à télécharger mon guide du parent bienveillant et efficace. 

 

Dites-moi en commentaire quelle est votre astuce préférée  pour éviter de vous énerver et apaiser votre enfant.

Testez ces 7 étapes pour vivre

une parentalité plus épanouie

guide

En complément vous recevrez mes conseils quotidiens Désinscription d'un clic !

Voici comment vivre une parentalité épanouie !

guide

En complément vous recevrez mes conseils quotidiens Désinscription d'un clic !

A quelle adresse mail je vous l'envoie ?

guide

En complément vous recevrez mes conseils quotidiens Désinscription d'un clic !

VOUS VOULEZ UNE PARENTALITE PLUS EPANOUIE ?

PLUS EPANOUIE ?

RECEVEZ MES CONSEILS QUOTIDIENS