5 clés pour donner confiance à ses enfants

5 clés pour donner confiance en soi à son enfant

Comment donner confiance en ses enfants et faire en sorte qu’ils se sentent capables de s’ouvrir aux autres, de se sentir capables d’apprendre  à l’école ou s’investir dans leur sport ou leur activité artistique ?

C’est le sujet de cette vidéo

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LE GUIDE GRATUITEMENT.

5 clés pour donner confiance en soi à son enfant

Transcription de la vidéo si vous êtes pressé.

1-Apprendre à son enfant à s’auto encourager
2-Utilisez des compliments descriptifs plutôt que la flatterie

3-Ne comparez pas vos enfants entre eux

4-Éviter de coller des étiquettes à nos enfants
5-Faire réussir l’enfant par des micros étapes

Comment aider les enfants à devenir confiants ?

 

Comment aider les enfants à prendre conscience qu’ils sont capables d’apprendre par eux-mêmes ?

 

Comment les rendre de plus en plus confiants pour entrer en contact avec les autres ?

 

Comment les aider à devenir plus sûrs de leurs capacités physiques et sportives ? C’est ce que je partage avec vous dans cette vidéo.

 

 

Naturellement, les parents ont tendance à faire des compliments à leurs enfants :je suis fier de toi !

Comme tu es beau! comme tu es fort ! etc.

 

Parce qu’évidemment le fait de flatter l’enfant permet, de répondre a ce besoin de reconnaissance sociale, à son besoin d’estime de lui-même.  D’ailleurs nous  aussi adultes on apprécie quand on a un retour positif sur notre travail, sur le ménage qu’on a fait, sur le plat qu’on a cuisine, de la part de nos enfants quand on les a aides a ranger leur chambre.

 

Le problème avec l’abus des compliments c est qu’on peut facilement en devenir dépendant et ne vouloir agir que pour recevoir des compliments ou de la flatterie.

 

D’ailleurs, la flatterie n’est pas efficace pour renforcer l’estime de soi parce que l’enfant n’est pas dupe longtemps.

 

Donc dans cette vidéo, je vous propose 4 astuces pour que votre enfant devienne réellement confiant en lui et qu’il agisse pour développer sa propre estime de lui-même et qu’il ne devienne pas dépendant de l’appréciation des autres.

 

Parce qu’une des raisons qui font qu’un enfant peut-être timide, c’est qu’il se centre sur le regard que les autres ont de lui et non pas sur ce qu’il pense de lui-même et ce qu’il peut apporter aux autres dans la relation.

 

Donc j’aimerais vous apporter quelques astuces qui vont permettre à votre enfant de développer une réelle confiance en lui.

 

Comme d’habitude pas besoin de prendre de note je mettrai une petite fiche mémo à téléchargé en fin de vidéo.

 

Le problème des compliments c’est que l’enfant va toujours attendre l’approbation de l’adulte et plus tard va avoir des difficultés à assumer ses choix, à assumer ses positions, à assumer ses opinions, toujours dans l’optique de plaire aux autres et de ne pas réussir à développer sa personnalité.

 

1-Apprendre à son enfant à s’auto encourager.

 

La première astuce c’est d’apprendre à  son enfant à s’auto encourager et à s’autoévaluer pour qu’il développe sa confiance.

 

Faites-en sorte que votre enfant devienne son premier supporter.

 

Bien sûr, notre enfant va continuer à venir nous demander un retour sur ce qu’il accomplit et d’ailleurs c’est très sain parce que c’est par les interactions avec ses parents avec les adultes qui l’éduquent que l’enfant va pouvoir mettre des mots sur ses réalisations.

Et donc par cette prise de conscience via les mots, via cette verbalisation il va pouvoir faire évoluer ses actions.

 

Mais on va tout simplement changer la formulation qu’on utilise pour décrire les réalisations de son enfant.

 

L’idée est de renverser la situation en changeant leur source de confiance de l’extérieur (c’est-a-dire vous, les professeurs, les camarades, la famille) vers l’intérieur (c  est-a-dire qu’il voit en lui, ce qu’il pense de lui-même) afin qu’il puisse développer une estime de soi saine plutôt que de compter sur les autres pour combler ce besoin d’estime.

 

 

Par exemple, si votre enfant revient de l’école avec une bonne note en math et est fier de vous la montrer ce qui est tout à fait normal.

 

Plutôt que de lui dire : Bravo je suis fier de toi, dites-lui plutôt.

 

Tu as réussi à faire cet exercice de proportionnalité, tu as réussi cet exercice de géométrie aussi. Tu dois être content de toi ?

 

 

Si votre enfant vient vous voir et vous dit : “Tu as vu ma roulade avant ? ” Plutôt que de lui dire “Wouah je suis fier de toi” dites plutôt “Wouah, tu dois être fier de toi ?

 

C’est subtil, mais il vaut mieux apprendre à son enfant à développer son thermomètre interne plutôt qu’un thermomètre externe.

 

2-Utilisez des compliments descriptifs plutôt que la flatterie.

 

Si on se contente de dire bravo ou au contraire, fais un effort cela n’apporte rien à l’enfant excepte celui d’apprendre a être dépendant de notre regard.

 

 

Il vaut mieux utiliser des évaluations descriptives.

 

 

Pour donner un exemple, le prof de trampoline de ma fille disait à ma fille. Allez Thelma ou encore c’est bien Thelma.

 

 

Ça part évidemment d’une bonne intention, mais il serait plus bénéfique pour l’enfant d’entendre “bien tes bras tendus” “Bien le dos enroule” ce qui permet a l’enfant d’auto apprécie sa réussite.

 

 

D’ailleurs, c’est pour ça que dans la majorité des écoles primaires, les notes sont en train de disparaitre au profit des évaluations de compétences.

 

 

Ce qui va dans le sens de mon propos parce qu’une note est globalisante, soit on est content, soit on est déçu, mais la note ne pointe pas précisément ce qui est réussi et ce qui est à développer.

 

 

Par exemple dans ma classe, quand j’évalue une compétence je note sur le document: réussi seul ou avec aide.

Donc l’idée, c’est de vraiment d’encourager les enfants en décrivant précisément leur réussite, en décrivant le chemin parcouru et aussi de les encourager en décrivant les progrès qui leur reste a faire.

3-Ne comparez pas vos enfants entre eux

La troisième astuce c est d’éviter de comparer son enfant aux autres enfants et ça y compris dans la fratrie.

 

Si on passe son temps à comparer, nos actions à la réussite des autres ou au contraire à leurs échecs, et bien on ne progresse pas dans notre propre pratique.

 

 

On va donc éviter de demander à son enfant si  les autres ont réussi, ou de les comparer a la moyenne de la classe, mais plutôt se baser sur les compétences acquises ou les compétences à développer.

 

J’avais entendu une phrase d’un psychologue clinicien qui m’avait bien plus c’était : “La vie c  est comme un jeu de cartes, on reçoit tous une main différente. L’important n’est pas l’issue de la partie, mais d’abattre au mieux ses cartes.

 

Donc évidemment notre enfant va forcement être en compétition a un moment ou a un autre et a ce moment on l’aidera a se recentrer sur sa réalisation.

 

 

Et si notre enfant exprime une certaine jalousie, ce qui est complètement normal et a n’importe quel âge, on pourra lui conseiller simplement d’être content pour son adversaire et de le féliciter plutôt que d’être triste d’avoir perdu.

 

4-C’est d’éviter de coller des étiquettes a nos enfants.

Quand vous étiez petit, on vous a peut-être dit des choses comme : les maths ce n’est pas ton truc. Ou peut-être que vous l’avez entendu dire par vos parents a d’autres personnes.

 

Le problème avec ces étiquettes, c’est que les enfants les croient et que du coup, elles sont très difficiles à décoller et notre enfant risque de baisser les bras en se disant : à quoi bon puisque je suis nul en math ? Et inversement, ce n’est pas parce que notre enfant est fort dans un domaine qu’il faut lui coller cette étiquette qui risquerait de lui faire se reposer sur ses lauriers.

 

5-Faire réussir l’enfant par des micros étapes.

 

La confiance se développe au fur et à mesure des réussites de l’enfant.

 

D’ailleurs, le mot confiance vient du latin “confidere” qui veut dire se fier à, mettre sa confiance dans.

Et pour ça, il faut que l’enfant se mette sur le chemin de la réussite. Et c’est pour ça que nous adultes, on doit les aider a réussir en découpant les objectifs difficiles en micro étapes ce qui rend le chemin vers la réussite plus facile.

 

Pour citer un exemple concret, lorsque j’enseigne l’écriture a mes élèves de GS, pour tracer un d’en écriture cursive par exemple, je les fais s’entraîner a tracer des cercles, puis des cannes de parapluie puis plus tard le d cursif complet.

 

Donc, l’idée est de découper les apprentissages de nos enfants en micro étapes pour les faire réussir et qu’ils développent leur confiance en eux.

Voilà vous connaissez maintenant 5 astuces pour aider votre enfant à développer sa confiance en lui. Et vous, y a-t-il des situations où votre enfant manque de confiance en lui ?

Vous en voulez + comme ça? Dites ci-dessous si avez aimé ce contenu !
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
    1
    Partage
Jean-Philippe GEFFRIAUD
Jean-Philippe Geffriaud, professeur des écoles et papa de deux enfants de 10 ans et 5 ans, partage ses réflexions et ses conseils en parentalité positive sur le blog actimomes.com

2 Comments

  1. Bonjour, je vous remercie pour cette vidéo. Vos conseils me sont très précieuses!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

QUIZZ : Quel est votre style parental ? Réponse et effets sur l'enfantPASSER LE QUIZZ
+