4 étapes pour arrêter de crier sur ses enfants

Comment arrêter de crier sur ses enfants?

Comment être écouté par ses enfants sans avoir à avoir besoin de pousser des cris et hausser le ton?

 

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LE GUIDE GRATUITEMENT.

 

 

***************************************************************************************

Vous voulez télécharger cette fiche mémo mais vous ne voulez pas recevoir mes conseils sur la parentalité positive par email ?

Pas de problème, téléchargez librement la fiche mémo ci dessous.

****************************************************************************************

Transcription de la vidéo si vous êtes pressé(e)

Peut être que vous en avez marre de crier pour essayer d’attirer l’attention de vos enfants? Pour vous faire entendre? Pour que vos enfants réalisent les tâches du quotidien?

Les conséquences de crier sur ses enfants sans arrêt

Le problème, c’est qu’à force de crier, vous vous rendez bien compte que ce n’est pas efficace, que l’ambiance est délabrée et que vous épuiser à crier et que ça ne donne pas de bons résultats.

Vous n’avez pas envie d’être papa ou cette maman qui crie sans arrêt sur ses enfants et qu’en plus c’est inefficace.

Et puis, quand vous criez, vous vous rendez bien compte que vous développez de l’agressivité. Et cette agressivité, finalement, elle finit par rejaillir sur vous. Par l’agressivité que témoignent à leur tour vos enfants.

Dans cette vidéo, j’ai partagé avec vous cinq étapes qui vont vous permettre de ramener une ambiance plus détendue, plus épanouie à la maison, sans avoir à crier.

Restez bien jusqu’à la fin parce qu’en fin de vidéo, je vous donnerai l’accès à la fiche mémo des cinq conseils que je vais partager avec vous maintenant.

Bonjour ici Jean-Philippe, du blog actimomes.com. Chaque semaine, je partage une vidéo sur le thème de la parentalité positive et également sur le thème des apprentissages.

Alors, si ces sujets vous intéressent, abonnez vous pour ne pas manquer la prochaine vidéo. Et puis, restez bien jusqu’à la fin car complément de cette fiche mémo, je vous donnerai accès en même temps à mon guide du parent bienveillant et efficace qui vous indique 7 étapes complémentaires pour aller vers une parentalité plus sereine, plus épanouie.

1-Identifier les moments où vous avez envie de crier sur vos enfants

La première étape pour arrêter de crier sur ces enfants et quand même susciter leur coopération, c’est d’identifier les moments où vous avez envie de crier ou vous sentez le besoin de crier.

Une fois que vous avez identifié tous ces moments, il va falloir trouver des alternatives efficaces au moment où vous criez. Je vous en propose trois.

2-Suspendre l’activité qui pose problème

Vous pouvez arrêter l’activité qui pose problème, retirer momentanément un jouet jusqu’à ce que votre enfant soit d’accord, soit pour le ranger, soit pour jouer de la bonne façon avec. Ce sera beaucoup plus efficace que de crier sur votre enfant s’il n’utilise pas le jouet de la bonne façon.

3-Définissez vos attentes à l’avance

La deuxième idée pour trouver des alternatives aux cris, c’est de définir vos attentes à l’avance. Il vaut mieux prévenir son enfant avant de faire cette activité qui souvent vous mène à crier, lui définir la manière dont laquelle il devra se comporter.

Indiquez lui tout simplement comment il va faire pour que tout se passe bien. Si on n’explique pas aux enfants ce qu’ils doivent faire, bien souvent, ils ne vont pas le deviner et ça va nous pousser à nous énerver et à nous mettre à crier.

Que faire si notre enfant ne respecte pas les règles ?

Si votre enfant, malgré le fait que vous ayez arrêté l’activité qui pose problème, que vous ayez défini vos attentes à l’avance pour que tout se passe bien dans cette activité, dans le déroulement de la journée et que votre enfant, malgré tout, ne suit pas le cadre que vous avez mis en place ?

Cela arrive forcément, puisque les enfants sont en train d’apprendre, il ne faut pas considérer ça comme un échec, mais un long processus d’apprentissage de quelqu’un qui fait des erreurs.

Pratiquez la réparation plutôt que les cris

Plutôt que de lui crier dessus, mettez en place des réparations. Permettez à votre enfant de réparer son erreur plutôt que de lui crier dessus en lui disant :

T’as pas encore rangé des chaussures?

A la place dites tout simplement : « chaussures ».

Vous dites D’un mot chaussures.

Vous ne vous fachez pas, c’est inutile. Vous permettez à votre enfant si jamais il a renversé de l’eau sur sa table de la nettoyer.

Cela lui permettra de réparer son erreur, d’apprendre de son erreurs et d’être attentif la prochaine fois. Crier dans ce cas là n’est pas efficace. Il vaut mieux mettre en place encore une fois une réparation.

Ne crier pas sur vos enfants pour des choses sans importance

La deuxième étape, c’est d’arrêter de crier sur ses enfants pour des choses qui sont sans importance, des choses ordinaires. Si vous, vous avez toujours un ton perché et agressif cela va normaliser les cris.

Vous vous doutez bien que moi, dans ma classe avec 25 élèves, si je m’amusais, a crié à lever le ton, les enfants se sentiraient un peu agressés et de toute façon, ça élèverait le niveau sonore. d

Il est indispensable que je leur montre l’exemple que je parle sur un ton calme, bienveillant.

Peut-on lever le ton ou crier parfois sur ses enfants ?

Quand on n’impose quelque chose, quand on décide de quelque chose, parce que c’est pour le bien de nos enfants?

Il faut bien sûr s’affirmer, mais si on crie pour le dire, on est dans l’agressivité et ça détériore l’ambiance et c’est totalement inefficace.

Alors vous allez me dire mais est ce n’y a pas des fois où on peut se permettre de crier?

Dans certains cas, on peut crier parce que justement, on veut faire arrêter une action dangereuse. On va faire par exemple « STOP ».

Là, je ne suis pas vraiment dans le cri, je cherche à attirer l’attention sur mon enfant et bien sûr, je le disais tout à l’heure, on peut hausser le ton par moment pour signifier qu’on n’est pas d’accord avec un certain comportement.

Mais on ne va pas être dans les cris sans arrêt puisqu’on va s’épuiser. Et puis notre enfant, finalement, va comprendre qu’on est quelqu’un qui crie et puis que c’est normal et que finalement, il n’y a pas de différence entre le moment où il se comporte bien où et les moments où il commet des erreurs.

Donc réservez à quelques occasions, le fait de hausser le ton. Vous pouvez hausser le ton juste pour attirer l’attention pour faire cesser quelque chose qui ne vous convient pas, sans être pas dans le cri.

Un jeu pour apprendre à votre enfant à ne pas crier

Un jeu que vous pouvez faire avec votre enfant qui peut être lui aussi, a tendance à crier, parce que peut être que vous aussi, vous criez.

C’est un jeu que je fais souvent avec mes élèves pour leur montrer que dans une classe, on peut chuchoter et très bien s’entendre. C’est une expérience très simple à faire. C’est tout simplement de s’écarter le plus loin possible, on se parle en chuchotant et on vérifie si on s’entend.

Je peux faire d’ailleurs l’expérience avec vous. Au fur et à mesure que je me retire, je vous demande : « Est-ce que vous m’entendez ? « 

Vous voyez que ce petit jeu fait prendre conscience à l’enfant qu’il n’y a pas besoin de crier pour se faire entendre.

4 étapes pour arrêter de crier sur ses enfants 1
arrêter de crier sur ses enfants

4-Apprendre à se calmer pour ne plus crier

La troisième étape, c’est d’apprendre à se calmer et je vais vous donner six moyens qui vont vous aider à vous apprendre à vous calmer et également calmer l’ambiance, calmer vos enfants.

Ecouter une musique douce

Le premier moyen, c’est de diffuser autour de vous une musique douce. On dit bien que la musique adoucit les mœurs et c’est très vrai.

Si vous choisissez une musique apaisante que vous et vos enfants apprécient cela permet d’apaiser l’ambiance rapidement. ( je vous donnerai dans la fiche mémo le lien d’une vidéo YouTube que j’écoute souvent pour apaiser l’ambiance de la maison ou tout simplement pour apaiser l’ambiance sonore de ma classe, pour se détendre en même temps que associé à des petites activités de méditation que je fais avec mes élèves )

Pratiquer la méditation

L’autre moyen extrêmement efficace de vous apaiser et de vous préparer mentalement à une journée parfois éprouvante, c’est de pratiquer tout simplement la méditation.

La méditation n’est pas bien compliquée. Il suffit de se concentrer sur un objet. Vous visualisez, vous regardez attentivement un objet, vous avez le corps droit et simplement vous abandonnez tout.

Vous sortez du mental et vous vous concentrez sur un objet. Ça peut être tout simplement se concentrer sur un objet interne. Et l’objet interne. Le plus simple à suivre, c’est peut être le suivi de votre respiration.

Vous fermez les yeux et vous respirez et vous prenez conscience de l’air qui rentre et qui sort. Vous mettez un petit compte à rebours, ça peut être tout simplement deux minutes, deux minutes le matin, deux minutes le soir ou simplement deux minutes le midi.

Peu importe, mais vous faites le vide. Vous faites un reset de votre mental et vous pouvez revenir à un état de calme.

Si vous n’arrivez pas à pratiquer cette méditation. Parce que votre mental s’évade très rapidement, ce que vous pouvez faire, c’est télécharger une application d’aide à la méditation dans laquelle une voix vous indique les étapes à suivre.

Il y en a plusieurs applications, peut être la plus connue, ça doit être Petit, bambou. Je vous mettrais encore une fois le lien vers ces applications dans la fiche mémo, mais je n’utilise pas d’applications avec mes enfants à la maison ni avec mes élèves.

Mais voilà, je vous signale simplement cette ressource.

Pratiquer du sport

La troisième idée pour apprendre à se calmer, c’est de pratiquer du sport. Si vous allez faire une longue marche, si vous faites un peu de yoga à la maison, si vous faites un peu de sport, de musculation, vous allez expulser toute l’énergie négative.

Parce que toute la journée, vous avez dû vous contenir. Et c’est mon cas aussi pour rester calme. Vous avez de l’énergie à expulser et l’expulser par des contractions musculaires est idéal.

C’est essentiel pour sa santé, mais aussi pour son mental.

Prendre de la hauteur sur ce qui arrive

Une troisième idée, c’est parfois de se dire je prends de la hauteur sur ce qui m’arrive. Je ne réagis pas tout de suite parce que si je réagis tout de suite, je vais me mettre à crier.

Je peux prendre un petit temps, je peux compter jusqu’à trois ans, prendre de la hauteur. Et me demander : « Si, si. Quelqu’un était à mes côtés ici, là, tout de suite.

Maintenant, qu’est ce qu’il me conseillerait?

Prenez de la hauteur sur l’instant et vous allez voir que en quelques secondes, vous allez trouver une idée, une alternative aux cris.

Prenez un temps d’introspection

La quatrième idée dont je voulais vous parler, c’était de faire un petit temps d’introspection sur la journée qui vient de se passer, de se dire : « voilà comment? Comment ça a été aujourd’hui? Si ça s’est bien passé? Bah, tant mieux. Encouragez vous félicitez- vous.

Et s’il y a eu des difficultés, ce n’est pas grave. Considérez-les comme une nouvelle marche à gravir et à se dire comment je pourrais réagir demain?

Quelle émotion j’aurais envie de ressentir et que j’aurais envie de communiquer à mes enfants.

Trouvez votre mantra pour ne plus crier

La cinquième idée que je voulais vous communiquer pour apprendre à se calmer, c’est de trouver un espèce de mantra que vous pouvez vous répéter pour vous encourager.

Un mantra que j’utilise souvent quand je suis en classe et que la situation est moins simple et que ça pourrait me donner envie de crier, je me dis : »je suis calme et déterminé ».

Il n’y a pas besoin de crier pour montrer aux enfants ou aux élèves notre détermination à garder un cadre ferme et bienveillant. Choisissez votre mantra. Choisissez peut être une phrase qui vous convient.

Ce qu’il faut, c’est que vous puissiez trouver une image, un mantra qui vous motive.

Connectez-vous à vos enfants

La cinquième étape importante, c’est de vous connecter à vos enfants.

Si vous criez, votre enfant va déjà s’habituer à vos cris. Ne plus avoir son attention attirée par ça. Et puis, ça met une distance entre vous et lui. Une bonne idée, c’est de se connecter à lui.

Alors, vous pouvez le faire de différentes façons pour détourner son attention vers autre chose, et finalement communiquer avec lui.

Des astuces que je fais souvent avec mes élèves pour attirer l’attention. Je vais leur dire, par exemple, tout simplement combien de doigts?

Et puis, ils vont bien me dire 3, tout simplement.

Et hop, j’ai j’établis le canal de communication ou si je suis en promenade dans la cour et que je veux leur parler, eh bien, je peux leur dire ou regardez là où ils vont se mettre à regarder là haut. J’ai regardé dans l’arbre.

Et puis, une fois que j’aurais attirer leur attention sur un objet qui va les captiver, eh ben je vais pouvoir continuer la conversation sur l’objet de la discussion que je veux engager.

Puis parfois, vous pouvez utiliser l’humour plutôt que de se fâcher sur ce qui ne convient pas, vous pouvez. Je ne sais pas, par exemple, faire parler une chaussette ou une chaussette qui n’est pas rangée.

Faire parler le panier à linge.

« Au secours, je vais aller dans le panier à linge, je suis trop sale. »

C’est pas très amusant ce que je viens de dire, mais vous trouverez certainement avec votre propre sens de l’humour, qui est certainement plus développé que le mien.

Réussir à mettre un peu une petite note d’humour qui ne sera pas humiliante pour l’enfant vous permettra de détendre l’ambiance, d’attirer son attention et de résoudre le problème sans avoir à crier quand vous communiquez avec vos enfants.

Essayer d’être dans le calme, dans la bienveillance. C’est par ce moyen que vous allez favoriser un canal de communication efficace et agréable pour tous.

Et que faire quand votre enfant est frustré parce que il doit quitter le parc pour ranger ses jouets, ou aller prendre la douche ?

Ecoutez les frustrations de votre enfant

Vous pouvez lui dire je comprends que tu tu aimerais rester au parc. Je comprends que tu aimerais continuer à jouer plutôt que d’aller prendre une douche. Mais tu vois. C’est le moment de le faire. C’est pour cela que je te demande d’y aller maintenant.

Un détail pratique, mais vraiment évident. Au lieu de crier tout simplement, rapprochez vous de votre enfant. Placez vous devant lui. Mettez vous à sa hauteur. Et puis, avec bienveillance, vous pouvez lui mettre une main sur l’épaule et lui dire ce que vous avez à lui dire, puisque crier, finalement, ça me met des barrières et ça n’est pas efficace.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LE GUIDE GRATUITEMENT.

Voilà vous pouvez télécharger la fiche mémo qui récapitule toutes ces astuces qui vous vont vous aider, je l’espère, à arrêter de crier sur vos enfants et vous aurez également accès à mon guide du parent bienveillant et efficace et mes astuces quotidiennes par email.